Dans une de nos précédentes publications, la rédaction de Tchadanthropus-tribune avait publié le cas de viol sur une fille mineure s’appelant Fané Al-Hafiz. La victime de 16 ans a été violée avec la complicité de sa tante Saadié Abakar qui lui a présenté le sieur Ali Mahamat Ismaël chef d’antenne adjoint à l’ANS de Mongo. Ali Mahamat Ismaël serait le cousin direct du chef de canton Mahamat Koumba du fief Djellaba Nimro.

 

Après les faits et les publications de Tchadanthropus-tribune, les parents de la victime se sont présentés auprès de la Justice qui leur a demandé d’aller faire un certificat médical. Il paraitrait qu’aucun médecin n’a pu l’examiner sous les menaces de Ali Mahamat Ismaël, pourtant le département des droits de l’homme au ministère de la Justice avait procédé à la saisine du procureur de la République.

Impunité ou pas, cette affaire commence par observée un ralenti de procédure puisque Mr Ali Mahamat Ismaël n’a pas encore été entendu. Il a reconnu les faits auprès de la famille de Fané la victime, et il a débarqué dans la cour familiale de la victime armée jusqu’aux dents en menaçant tout le monde. Tchadanthropus-tribune vous présente sa photo pour qu’il soit reconnu, et que justice soit rendue à la victime.

 

Tchadanthropus-tribune

820 Vues

  • Il est indigne que l’on laisse ce genre d’individu pervers de détracté, violer une petite fillette innocente de 13 ans ! Ces genres de personnages, abusent de pouvoir qu’ils avaient usurpé, se croient au dessus des lois et de citoyens. Mais, ils se trompent, car il arrivera le moment venu où la justice de ce bas monde les attrapera et, certes ils n’échaperont pas à la justice du Seigneur le Tout-Puissant. Ces pédophiles n’ont pas leur place dans la société tchadienne. Des personnages sans foi, ni morale, ni respect de la personne humaine devront être dans l’agile psychiatrique. Cette fillette aux fleurs de son adolescence, violée, humiliée, pourrait être la petite fille de sieur, Directeur adjoint de l’ANS. Il est certain que rien n’est éternel de ce bas monde. A bon entendeur salut.

    Commentaire par SEIDOU TRAORE le 8 novembre 2018 à 19 h 07 min