Comme nous l’indiquions dans notre flash info de cet après-midi, la réunion à l’UNESCO de cet après-midi fut une grande déception pour plusieurs Tchadiens habitués à venir tendre la main quand le despote tchadien Idriss Deby Itno squatte l’hexagone.
 

 
 

D’abord, il faudrait revenir à la cérémonie de ce matin quand il fallait remettre le prix Houphouët Boigny pour la paix. Aucun mot de remerciement pour les soldats tchadiens (ceux de Deby) qui pourtant avaient servi de chair à canon aux Français engagés aux combats contre les djihadistes. En analysant la vidéo de la conférence de presse de François Hollande à l’Élysée, nous voyons avec précision le malaise du dictateur tchadien. Un malaise qui se traduisit sur le reste de la cérémonie de la journée.
 

 

 

 


Selon notre correspondant, dans l’après-midi, les Tchadiens méli-mélo, pieds dedans pieds dehors, garçons de courses, spécialistes des buffets arrosés, se sont tous donné rendez-vous à l’UNESCO, certains avec leur carton d’invitation, d’autres sans. Les 2 bureaux (officiel et officieux) de la diaspora se sont fait inviter directement, indirectement, bombant chacun le torse pour paraître aux yeux de la dictature. Puis soudain l’annonce retentit comme un couperet “Le président est très fatigué, et doit répondre à un rendez-vous important avec le ministre des finances français. Il se fera représenter par son ministre de la culture l’accompagnant dans la délégation, pour remettre le prix Federico Fellini au cinéaste Mahamat Saleh Haroun“
 

Dès cette annonce, notre correspondant affirme que certains se sont levés subitement pour partir. Plusieurs qui étaient venus avec plusieurs calculs ont battu en retraite, laissant sur place des officiels étrangers et le personnel des pays membres de l’UNESCO. Plusieurs envoyaient des textos à leurs camarades pour exprimer leurs déceptions. C’est la honte disent-ils. Ce qui ne les empêcha pas, toute fierté enfouie, de se jeter sur le buffet et les coupes de bulles (champagne) à cœur joie.
 

Voilà ce que donnent les attroupements des Tchadiens à chaque visite du dictateur tchadien en France. Attroupement de griots, animateur de louange à but mercantile, loin des perspectives d’avenir, à l’image des diasporas africaines qui rehaussent l’évolution sociale et économique de leurs pays.

 

MANIF-UNESCO.JPG

Au-dehors, sur la place Fontenoy devant l’immeuble imposant de l’UNESCO se trouvait une manifestation (côte d’Ivoir) contre la présence des chefs d’états africains invités pour la circonstance. La manifestation des Ivoiriens à laquelle sont venus se joindre quelques tchadiens est tenue à distance, loin du passage des officiels. Comme quoi la Françafrique s’arrange toujours à rendre invisible, ce qui ne peut se sursoir à son humeur. 

 

 

La Rédaction de Tchadanthropus-tribune.

 

283 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article