28/06/2016: TCHAD/Affaire Zouhoura: La justice sous ordre libère des violeurs fils des dignitaires du régime hauts placés. De sources bien informées, 2 des 6 violeurs ayant attenté à l’honneur de la femme tchadienne en piétinant la dignité de la jeune Zouhoura, ont été libérés. Le doyen des juges d’instruction Mr Abdel Nasser Akhouna a rendu une ordonnance de non-lieu, et requalifié les faits en transmettant les pièces au procureur général. Parmi les inculpés d’enlèvement de viol et associations de malfaiteurs, certains ont formellement reconnu les faits, à eux reprochés à l’exception du viol, alors que d’autres en l’occurrence les sieurs Mahamat Baharadine, Saladine Moussa Faki et Hassan Younous ont rejeté en bloc l’accusation portée contre eux, même si les images diffusées sur les réseaux sociaux les accablent. L’enquête préliminaire à la direction de la police judiciaire les aurait disculpées tout comme devant le magistrat instructeur la victime aurait blanchi les nommés Saladine Faki et Mahamat Baradine en présence du DG de la police (Taher Erda) et le procureur de la République. Les bourreaux éhontés de cette affaire, pour couvrir leurs camarades, auraient déclaré que les 2 compères ne faisaient pas partie du groupe des violeurs. C’est ainsi que par manque de preuve diton, le ministère public les a libérés définitivement pour insuffisance des charges. Dans une dictature, on peut avoir une justice à sa botte, mais la justice divine on en fait quoi? 
253 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article