Le secrétariat exécutif du Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS), a un nouveau dirigeant. Il s’agit de Dr Djimé Adoum. La cérémonie de passation de service entre lui et son prédécesseur, le Pr Alhousseïni Bretaudeau est intervenue le vendredi 26 juillet 2013 à Ouagadougou. 

Après six ans à la tête du secrétariat exécutif du Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS), le Pr Alhousseïni Bretaudeau de nationalité malienne, a passé le témoin au Dr Djimé Adoum du Tchad, le 26 juillet 2013 à Ouagadougou. Devant un parterre d’invités comprenant le personnel du CILSS, les partenaires financiers et techniques et de collaborateurs, le Pr Alhousseïni Bretaudeau et le Dr Djimé Adoum ont signé le procès verbal qui marque la prise de fonction officielle du secrétaire exécutif entrant. La première pensée du nouveau secrétaire exécutif du CILSS, Dr Djimi Adoum, est allée au monde paysan : « En cet instant solennel, mes premiers mots s’adressent aux millions de Sahéliens et Sahéliennes qui travaillent dans leurs champs et scrutent le ciel, dans l’espoir d’une bonne pluviométrie, indispensable pour une bonne campagne agricole. Je leur souhaite beaucoup de courage et espère également des pluies abondantes pour récompenser leurs efforts ».


Il a félicité son prédécesseur pour le travail de qualité qu’il a abattu pour l’institution et a promis consolider et poursuivre son action à la tête du CILSS. Dr Adoum a déclaré que le CILSS doit s’adapter et s’attaquer aux problèmes par la valorisation et la vulgarisation des acquis scientifiques auprès des populations, la prise en compte des préoccupations des pays- membres, l’ouverture vers d’autres horizons pour des financements innovateurs. Pour lui, la satisfaction des besoins des 128 000 000 habitants de l’espace CILSS passe par la transformation du système de production, toute chose qui va permettre la création d’emplois pour les jeunes et de la richesse, et la couverture des besoins alimentaires. Il a ajouté que le défi majeur qu’il entend relever, est d’aider les populations à s’adapter aux changements climatiques afin de pouvoir vivre dans la sécheresse tout en évitant la faim. « Le CILSS doit axer ses activités sur la stratégie de mise en œuvre des projets et programmes de résilience pour permettre aux populations du Sahel et celles de l’Afrique à devenir plus résilientes face aux changements climatiques pour pouvoir ainsi mieux résister aux chocs », a-t-il précisé. 

Le CILSS passe de neuf membres à treize


Dans son discours de remerciement, le Pr Alhouseïni Bretaudeau a témoigné sa gratitude à tous ceux qui l’ont soutenu pendant les six années passées à la tête du CILSS. Des chefs d’Etat aux ministres, des cadres aux experts, en passant par les proches et amis, chacun a eu droit à sa part de gratitude du Pr Bretaudeau. L’indicateur fondamental de satisfaction à la tête du secrétariat exécutif, selon lui, a été le nombre des pays- membres qui est passé de neuf à treize. « Cela ne s’est pas vu depuis plus de 25 ans. C’est un bon qualitatif extraordinaire qui montre que le CILSS est une organisation qui gagne », a-t-il souligné. Il a exprimé sa satisfaction à propos du bilan de ses deux mandats : « C’est avec beaucoup de fierté que j’ai présenté mon bilan, notamment au plan financier. J’ai eu des femmes et des hommes qui ont œuvré au niveau des services financiers pour ma réussite. C’est grâce à eux que j’ai eu la note maximale de 5/5 ». Il a souhaité que l’ensemble des Etats- membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) puisse adhérer au CILSS et que les acquis soient maintenus et renforcés pour faire face à l’insécurité alimentaire.

 

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire, Mahama Zoungrana, président de la cérémonie, a félicité le Pr Bretaudeau qui a su conduire avec détermination le CILSS. Un engagement qui a permis à l’institution de retrouver un dynamisme nouveau et de regagner la confiance des Etats et des partenaires. Il a salué les différentes réformes qui ont été mises en œuvre au cours des deux mandats du secrétaire exécutif sortant. Le ministre Zoungrana, tout en soulignant l’immensité des défis au sein du CILSS, a traduit sa confiance au Dr Djimé Adoum qui, selon lui, saura être à la hauteur des tâches qui l’attendent. « C’est un homme pétri d’expériences que nos chefs d’Etat viennent de placer à la tête du CILSS pour poursuivre la mission laissée par ses prédécesseurs », a-t-il affirmé. Il a invité tout le personnel à apporter un soutien sans réserve au nouveau secrétaire exécutif pour le rayonnement de l’institution.

 

La suite sur http://www.sidwaya.bf/quotidien/spip.php?article13876

 
 
 
355 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article