Les étudiants tchadiens ont repris de plus belle leur manifestation devant leur ambassade à Alger ce mercredi 30 avril. Les manifestants s’étaient réunis hier devant la représentation diplomatique où ils avaient empêchés de manière violente par la police de se rassembler. Plusieurs d’entre eux ont été interpellés et restent toujours détenus. 

Les étudiants tchadiens vivant à Alger ont de nouveau manifesté devant leur ambassade ce matin à partir de 6 h, et sont restés toute la journée afin d’interpeller les représentants de leur pays. Ils étaient encore plus nombreux ce mercredi, après avoir manifesté lundi et mardi pour dénoncer leurs conditions de vie en tant qu’étudiant étranger en Algérie. Cette fois-ci les étudiants tchadiens ont décidé de revenir devant l’ambassade afin de défendre leurs droits mais aussi d’exiger la libération de deux de leurs amis interpellés la veille par la police et toujours détenus aujourd’hui. ”Nos deux camarades incarcérés n’ont toujours pas été libérés. Les autorités compétentes n’ont pas encore entamé le dialogue. Nous avons essayé de demander à l’ambassadeur de nous mettre en contact avec le ministère de l’Enseignement supérieur mais il a refusé tout dialogue”, explique l’un des manifestants. Pis, les deux étudiants auraient été menacés d’expulsion vers leurs pays. “La police a agi sur ordre de l’Ambassadeur. C’est lui qui a demandé à ce qu’on expulse ces deux étudiants”, explique ce même étudiant très inquiet pour ses amis, d’autant plus que l’un d’entre eux a été blessé à l’oeil. Ce mercredi la manifestation a pu se dérouler dans le calme sans violence, mais les deux Tchadiens seraient toujours retenus par la police.

Nous avons tenté de contacter l’ambassade du Tchad, mais nos appels n’ont trouvé aucun interlocuteur de disponible. Décidés les étudiants ont assuré qu’ils poursuivraient leur mouvement jusqu’à l’obtention de leurs revendications et la libération de leurs deux camarades. “La manifestation continuera donc de plus belle ce samedi jusqu’à satisfaction de nos revendications: augmentation significative de l’aide forfaitaire apportée cette année(au moins 500 euros/personne) et l’octroi d’une bourse régulière mensuelle à partir de juin 2014,et la libération immédiate et sans conditions de nos deux camarades incarcérés”, indique un manifestant.

 

La police a violemment dispersé lundi et mardi des étudiants tchadiens, qui ont manifesté devant l’ambassade de leur pays à Alger. Certains sont même sous les verrous. 

 

En Algérie, notamment à Alger, la police tolère très peu les rassemblements publics. Cette fois, ce sont les étudiants tchadiens qui en ont fait l’amer expérience. Lundi une cinquantaine de jeunes ont mené une action de sensibilisation au niveau de l’ambassade du Tchad afin d’interpeller les autorités de leurs pays sur leur situation. “Les étudiants tchadiens au Maghreb, notamment en Algérie, sont très mal traités. Nous n’avons pas le droit à une bourse, seulement à une aide forfaitaire d’un montant pathétique. Et depuis deux ans nous ne touchons même plus cette aide”, explique à Algérie-Focus un manifestant, connu sous le pseudonyme A.D. Et étant donné que les étudiants étrangers ne sont pas autorisés à travailler en Algérie, difficile pour ces jeunes de joindre les deux bouts tous les mois. “Je suis à Alger depuis 3 ans pour mes études dans l’agroalimentaires et je galère. Je compte sur la solidarité au sein de la communauté tchadienne et sur mes parents”, confie A.D.

Tabassés

La police algérienne réprime la manifestation des étudiants tchadiens, mardi 29 avril 2014. Photo AF

La police algérienne réprime la manifestation des étudiants tchadiens, mardi 29 avril 2014. Photo AF

Lundi, pour la première fois, une cinquantaine d’étudiants tchadiens d’Alger sont descendus dans la rue pour revendiquer l’attribution d’une bourse scolaire décente. Mais la police algérienne s’est toute suite interposée. A.D. raconte : “On a essayé d’investir les locaux de l’ambassade du Tchad mais la police algérienne nous a barré la route. On ne s’attendait pas à ça. C’est bizarre, l’ambassade du Tchad c’est notre territoire, ils n’ont pas à nous empêcher, d’autant plus que nous manifestons pacifiquement”.

Arrêtés

Rebelote ce mardi. L’association des étudiants et stagiaires tchadiens en Algérie, réunis dans la matinée devant l’ambassade de leur pays, ont à nouveau fait face à un cordon sécuritaire. Et les policiers sont encore plus nombreux que la veille, note A.D. D’après notre interlocuteur, les autorités algériennes ont une nouvelle fois répondu par la force pour disperser ce mouvement contestataire. “C’était plus violent que la première fois. Ils nous ont même tabassés, pas avec leur matraque mais avec leurs mains pour ne pas laisser de traces”, dénonce A.D., qui ajoute : “Ils ont même confisqué les portables pour ne pas qu’on prenne de photos et de vidéo. Mais on a quand même réussi à filmer”. Au cours de la manifestation, les policiers ont également embarqué certains jeunes tchadiens, dont le président de l’association des étudiants et stagiaires tchadiens en Algérie. “Ils vont sûrement être déférés devant le procureur”, s’inquiète leur ami A.D.

Les policiers étaient plus nombreux à la manifestation des étudiants tchadiens à Alger mardi 29 avril 2014. Photo AF

Les policiers étaient plus nombreux à la manifestation des étudiants tchadiens à Alger mardi 29 avril 2014. Photo AF

 

Malgré le déploiement de la police, les étudiants tchadiens promettent de maintenir leur mouvement tant que les autorités de leurs pays ne répondent pas à leur requête. “Nous, on n’a rien contre l’Algérie, on n’a rien contre les autorités algériennes. On veut juste se faire entendre par notre pays”, conclut A.D.




http://youtu.be/GnzAnN0tACw

 
 


www.algerie-focus.com

360 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article