31/08/2016: TCHAD/Borkou/Tibesti: Le dernier entretien du général Nouri sur Letchadanthropus-tribune crée un vrai buzz dans le milieu du BET, et cela n’est pas du goût d’Idriss Déby. Un de ses conseillers joints la rédaction en ces termes “fiston, qu’est-ce qui t’a prit de réveiller ce vieux Tu n’aurais pas dû. Maintenant on a du pain sur la planche “. S’il y a une part de vérité en cela, la visite improvisée à Faya et Wour répond aussi à une fiche introduite par l’ANS à Idriss Déby le 28 juin 2016. La fiche indique que certains militaires dans le Tibesti s’adonnent à la recherche de l’or et sont fortement impliqués dans les trafics de cigarettes et de drogues. La même fiche indique aussi que la zone nord est devenue un couloir où l’opposition armée proche des frères Erdimi convoie sa logistique militaire depuis la Libye jusqu’à l’Est du Tchad, au couffin du nord Darfour. Cette fiche qui n’avait pas plus fut encensée par l’interview de Nouri. Le reste est largement expliqué par nos confrères de Tchadactuel. 

L’escapade tonitruante de Wour restera gravée, jamais Idriss Déby n’a eu un tel affront, et pire l’écho s’est propagé dans les autres garnisons du nord et de l’Est. Même si un “nettoyage “ dans les rangs des responsables militaires est décidé, plus rien ne sera pareil. Le décret en interne signé, qui instruit le ministre de la Défense afin de relever et muter certains militaires, ne sera d’aucune utilité.  Maintenant, au sein de l’armée, les yeux commencent par s’ouvrir. À son retour sur N’Djamena, c’est les oreilles de quelques caciques du Borkou, qui ont sifflé. “Je ne sais pas si vous êtes avec moi, ou avec l’opposition. Vous êtes responsables du malaise qu’il y a entre les jeunes et moi. Je ne comprends pas pourquoi tout ça? Pourtant je suis aussi fils de la région “… 2 conseillers, 1 général et un ministre ont gardé la tête basse (permettez à la rédaction de taire les noms).
 

Ce que Déby sait très bien, ce que pendant des années il s’est mis à dos la plupart des fils de la région du BET! La population Toubou ne se soumettra pas malgré les diverses cautions cherchées auprès de Goukouni Weddeye, il suffit de voir la région du Tibesti, rien n’a été fait en matière de développement. Le Borkou est puni pour son appartenance à Habré, et ses fils en rébellion. Rien n’est fait en infrastructures, même le château d’eau n’a pas été rénové, “empêchez vos fils d’aller en rébellion pour me combattre avant que je n’investisse à Faya “ dit-il. 

 

La majeure partie de l’Ennedi dont il se targue d’être un natif ne voit rien venir, en dehors de la région d’Amdjaress (Ennedi Est) où la majeure d’infrastructures fut concentrée. Pour l’Ennedi Est (Barrages à Kariyari, aéroport international, Banque, Hôtel 5*, des centaines de villas de haut standing inhabitées, et bientôt une route bitumée de Biltine en passant par Iriba jusqu’à Amdjaress. Mais pour l’Ennedi Ouest dont le chef-lieu est Fada, les autres villages Ounianga, Kalait, Archi, Torboul, rien, que du sable. Déby garde son animosité avec ses oncles maternels Borogates. Voilà où se situe le rejet des natifs du BET envers lui, quoi qu’il dise. Avec ce qui se prépare au sud de la Libye, les jours à venir nous édifiera…

 

 

153 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article