27/09/2016: TCHAD/Bourses d’étudiants: Payimi Padacké oublie qu’il a été étudiant à l’université d’Ardep Djoumal. De sources bien indiquées, après ajournement de rendez-vous, le 1er ministre de Déby, Payimi Padacké alias Cam (comme caméléon), devrait rencontrer les étudiants le lundi 26 septembre 2016 dans la matinée, mais ajourne encore la rencontre, au moment où la police fut instruite a réprimé toute réunion estudiantine dans la ville de N’Djamena et dans l’ensemble du pays. À N’Djamena, les étudiants ont adopté une autre stratégie pour déjouer la police. Dans certains quartiers de la capitale l’affrontement fût inévitable, et ils ont réussi à casser des véhicules. Plusieurs ont été arrêtés, et selon certaines sources proches de la police, on voudrait les déporter au bagne de Koro-Toro pour l’exemple. Selon les mêmes sources, cette rencontre était prévue pour évaluer la décision du gouvernement sur la suspension des bourses. Les étudiants demandent sans délai au gouvernement de revenir sur la mesure de suppression de bourses.  Dans la situation actuelle, sans instruction expresse d’Idriss Déby en personne, le 1er ministre ne pourra jamais décanter la situation. En contact direct avec le DG de la police et la gendarmerie, Payimi est directement tenu au courant des opérations de police et gendarmerie contre les étudiants. Comme son surnom l’indique, Payimi Padacké se mue pour recevoir les étudiants, et instruit pour qu’ils ne revendiquent pas leur droit en manifestant. Pendant l’une des charges contre les étudiants, l’un d’entre eux s’exprime en ces termes “ Nous étions là pour évaluer notre préavis, et les forces de sécurité ont fait irruption “. Un autre révèle que des étudiants ont été blessés et arrêtés. Le bras de fer étudiants-gouvernement semble dépendre de l’audience prévue le lundi 26 septembre 2016. Les étudiants continuent de demander la révocation du ministre de l’Enseignement supérieur de la recherche et l’innovation (Taïsso) et l’annulation de la suppression de la bourse. Les étudiants arrêtés la semaine dernière ont été relâchés avant qu’une autre opération fût effectuée hier dans la matinée, où plusieurs étudiants furent appréhendés. Entre Idriss Déby et les étudiants tchadiens, l’atmosphère risque de se durcir… À suivre. 

276 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article