Suite à une note de service en date du 20 Aout 2015, les étudiants tchadiens boursiers à l’Institut International de l’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) de Ouagadougou au Burkina Faso sont interdits d’inscription. La situation des étudiants tchadiens à l’Institut international de l’ingénierie de l’eau et de l’environnement de Ouagadougou est très peu reluisante. Cette école compte en effet quelques 2 500 étudiants parmi lesquels il y a environ 400 étudiants boursiers de l’      Etat tchadien. Ces derniers vivent dans une précarité sans précédent depuis qu’ils n’ont plus droit aux inscriptions.  Ceci, suite à une note de service N°2015/PCA/AHM/ft datant du 20 août 2015 pour non payement des frais de scolarité par l’Etat tchadien des années 2012-2013, 2013-2014 et 2014-2015 ainsi que des  bourses de subsistance de 2013-2014, 2014-2015 et de l’année en cours.

 

Abandonnés à leur triste sort, ces étudiants ne savent à quel saint se vouer. Selon le Porte-parole des Etudiants Tchadiens de la Fondation 2iE NGUERABE Gédéon, « perdre une semaine dans cette école est synonyme d’une année d’échec pour toute une communauté ». Il est donc impératif que l’Etat tchadien réagisse. Compte tenu de cette situation, les étudiants s’apprêtent à déménager dans les locaux de l’ambassade du Tchad au Burkina, car ils ne savent où aller. « Cette humiliation parmi tant de nations nous amène à poser de questions sur la volonté réelle du gouvernement à former la jeunesse tchadienne qui, si on en croit aux discours des plus hautes autorités est le fer de lance de la nation », souligne un des porte-paroles des étudiants tchadiens au 2iE.
 

Les étudiants boursiers de l’Etat tchadien au 2iE lancent donc un appel aux plus hautes autorités d’agir promptement pour décanter la situation afin de limiter les dégâts. Car pour eux, le traitement qui leur est réservé est une humiliation pour l’étudiant Tchadien à l’étranger et une insulte pour un Etat pétrolier comme Tchad.

Tchadanthropus-Tribune avec Tchadinfos

 

284 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article