Un exemple à suivre Après 27ans de règne sans partage. Ce fils d’un palefrenier et d’une distilleuse de « Argui » est chassé par la rue. L’assassin du prestigieuse Président THOMAS et du Journaliste NORBERT ZONGO a pris la poudre d’escampette pour atterrir à Yamoussoukro, en Côte D’ivoire. En Afrique noire, d’expression française, cette tempête ne s’arrêtera pas seulement au pays des hommes intègres, ce balai d’assainissement passera là ou il doit passer. Au Burkina, la rue a saccagé l’assemblée Nationale, cette officine des mensonges ou des ânes sourds par intérêt personnel votent des lois pour satisfaire ce dictateur.

Le rôle d’un député en Afrique se résume comme suit : Primo : Être toujours du côté de plus fort. Secundo : ne jamais dire ce qu’on pense. Tertio : Mon opinion est celle du plus fort de ce monde. L’Afrique noire que Cameron qualifiait de la terre de « l’épouvante » ne propulse que des Énergumène à la tête de l’État. Inch’Allah bientôt ce rêve stupide de s’accrocher coûte que coute aux manches du pouvoir disparaitra. Depuis hier, Compaoré n’a ni tapis rouge ni sirène sa première dame ou première cane sera privée de sa ration sexuelle pendant quelques semaines car son jouisseur a l’inappétence sexuelle. Quand la rue entre en action ces bœufs en uniforme ne pourront rien faire. La poudre qu’ils font parler se volatisera comme une goutte d’eau sur du fer rougi par le feu. C’est dommage le péril Kaki ne fait aucun effort pour comprendre.

Au Congo Brazza, Sassou N’Guesso a mis 32ans et prétend encore briguer frauduleusement un autre mandat. se croit-il le seul homme indispensable dans ce pays ou veut-il rester au pouvoir jusqu’à l’arrivée de Jésus Christ. En tout cas, le peuple burkinabé a donné un bel exemple du courage et d’abnégation. La lutte disait un Ecrivain : faisant de l’homme, homme et redonnant à la veuve son sourire. La Vérité se chargera de balayer ces dictateurs un à un et cette terre qui nous a vu naître brulera sous leurs pieds. Ceux qui dansent au son de leur tam-tam auront eux aussi de comptes à rendre. Pour étayer mon manuscrit voici quelques exemples palpables qui ont fait partir en catastrophe ces plaisantins des Chefs de l’Etat qui se croient indéboulonnable. Les 13, 14, 15 Août 1963, une manifestation gigantesque a contraint l’Abbé Fulbert Youlou Président du Congo Brazza à démissionner. Homme de Dieu et Chrétien de bonne foi, il a refusé de faire couler le sang congolais. A Libreville au GABON, dans la nuit du 17 au 18 Février 1964, le Président Léon M’Bah fut chassé du pouvoir grâce à l’action concertée des syndicalistes et l’armée.

Le Président français Charles de gaulle envoie des parachutistes à partir des bases françaises de N’Djamena et Saint Louis du Sénégal pour rétablir le Président défait dans son fauteuil. Une cour de justice à siéger, des lourdes condamnations furent prononcées contre ces putschiste mais à la surprise totale de tout le monde, le président Léon Mba gracia tout le monde y compris le cerveau du putsch Monsieur Hilaire Aubame nommé chef du gouvernement provisoire par les putschistes. Au Soudan, le 21 octobre 1964 une manifestation estudiantine a obligé le Président Ibrahim Aboud à rendre le tablier. Les forces de l’ordre dépêchées pour réprimer les manifestations ont rallié la rue. Toujours au Soudan, en 1971 le président Nimery est renversé par un coup d’État commandité par Hachim Al-Ata ; Ahmat Mahajoub et Alchefi Ahmat Alchefi. Le nouveau président Babikir Annour diplomate en poste à Londres qui regagnait Khartoum pour prendre ses fonctions fut intercepté par les MIG du Colonel Kadhafi. Au même moment, un contre- coup d’Etat remet Nimery dans son fauteuil présidentiel. Ce dernier comme un lion blessé, procéda aux arrestations des putschistes et de l’artiste Mahamat Wardi qui a pris part à l’action contre le pouvoir.

Ici à N’Djamena un Conseil extraordinaire des Ministres se tenait pour reconnaitre les nouvelles autorités soudanaises. Heureusement pour notre pays, le Président de l’Assemblée Nationale Al hadj Abbo Nassour qui faisait dehors ses ablutions pour la prière de 16 heures a eu l’idée lumineuse d’allumer son poste radio, il a appris la nouvelle du contre Coup d’État militaire en faveur de Nimery. Abbo Nassour rentra furtivement dans la salle du Conseil des ministres pour informer le Président Tombalbaye. Dans la même année, le Président Nimery est venu en visite officielle au Tchad et la rue Setrap fut baptisée avenue Nimery en signe de reconnaissance. Quant au sort des putschistes, par un procès politique au maquillage judiciaire, ils furent condamnés à la peine capitale les principaux auteurs.

Apres le verdict, un journaliste a posé une question à Hachim Al- Ata le cerveau de coup, quel est son dernier message au Président Nimery, il rétorqua sèchement en arabe je cite : « goulou leya kous oumou »dites lui cul de sa mère. En Irak, une manifestation a obligé le Président Abdelkerim Khassim à prendre ses jambes au cou pour aller se cacher dans une salle d’hospitalisation et se couvre avec un drap. Sa propre fille l’a dénoncé par un micro. Il abandonne la salle d’hospitalisation pour fuir ailleurs. Malheureusement pour lui, il fut rattrapé par la foule en délire qu’il avait auparavant utilisé les chars contre elle. La suite est connue, dispensez moi de reste des nouvelles. Au Tchad si l’essaim d’abeilles se déverse, il piquera beaucoup des gens. « kalawa » Blaise Compaoré, bientôt, tu comparaitras devant la cour du Tribunal Pénal International pour les crimes crapuleux de sang et crimes économiques et devant Dieux tu rendras compte du mal que tu as fait à ton peuple et à ton meilleur ami Sankara.

Djarma Garondé 
Ville : N’djamena
Email : garondedjarma@yahoo.fr

183 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article