Nous avons Suivi minutieusement le drame congolais de 1960 et aussi le rôle néfaste des forces neutres africaines de 1981 au Tchad.

Au Congo dès que la situation explose l’irréparable devient inévitable. L’O.N.U affecte son Secrétaire général Dag Hammarskjöld en mission permanente à Kinshasa ex-Léopoldville. Les États Unis dépêchent Georges Bush père comme son Envoyé Spécial au Congo. Pour la composition des forces onusiennes le Secrétaire général recrute les éléments des pays appartenant à L’OTAN (Organisation de Traité Atlantique Nord) des pays hostiles aux idées progressistes du P.M Patrice Lumumba. Les forces belges de la puissance colonisatrices sont omniprésentes dans leurs ex possession coloniale.

A propos de l’Envoyé Spécial des États Unis, Mr Georges Bush père, le président Djamal Abdelnassir de la République Arabe Unie (R.A.U) aujourd’hui République Arabe Égypte écrit au premier Ministre Patrice Lumumba de se méfier de ce monsieur, car il l’a connu en 1956 dans l’affaire du Canal de Suez. Le président Nkrumah du Ghana dans une correspondance a conseillé à Lumumba de ne pas doigter les collaborateurs traitres de son administration car le contexte politique auquel il se trouve est morose. Les correspondances de Djamal Abdelnassir et Nkrumah se trouvent dans le livre titré : la vérité sur le crime odieux des colonialistes : Patrice Lumumba.

En 1960, le Premier Ministre n’avait que 36 ans d’âge et s’est laissé embrigader par les égarements de jeunesse. Pour étouffer l’armée congolaise qui était en état embryonnaire, L’OTAN qui est la branche armée de l’ONU complique par des manœuvres artificieuses, voire dilatoires, la situation politique au P.M Patrice Lumumba. Le Secrétaire général de l’ONU Dag Hammarskjöld en connivence avec des hommes de paille tels que Moïse Tshombé, Joseph Kasavubu et Joseph Désiré Mobutu pactisent avec l’occident colonialiste et comme conséquence le Premier Ministre légitime du Congo fut assassiné le 17 Janvier 1961. Le chef d’orchestre Dag Hammarskjöld périra lui aussi dans un crash d’avion le 18 septembre 1961 au ciel congolais, Moïse Tshombé le laquais de la société minière Belge du Katanga disparaitra le 29 Juin 1969 à Alger et Mobutu l’exécuteur de sale besogne meurt dans l’anonymat au Maroc, il n’a pas eu droit au choral ni au chant de la victoire. Le premier président du Congo Joseph Kasavubu, homme sans caractère est mort comme un vulgaire bandit. Ce qui a fait sourire le monde c’est la disparition de Moïse Tshombé en Algérie. Ce traître et agent stipendié de l’occident avait effectué le voyage au Caire pour la conférence de l’OUA, pour l’élection du Secrétaire Général de cette institution le 22 Juillet 1964, Monsieur Diallo Telli. Tshombé a été interpellé pour quelques heures à cause de l’assassinat du P.M Patrice Lumumba. Au cours de cette conférence le Président Algérien de l’époque Mr Ahmat Ben Bella a qualifié Tshombé de musée ambulant du Néocolonialisme en Afrique. Si tu veux choquer un Algérien dit lui que tu es Tshombé ! La question que tout homme intelligent se pose pourquoi a-t-il effectué ce déplacement à risque ? Ce second thème à traiter est celui de l’intervention néfaste des forces dites neutres africains au Tchad. Qu’est ce qui a occasionné l’arrivée des forces rétrogrades dirigées par un obscur officier nigérian nommé : le Général Egiga.

En effet le 17 septembre 1981 le président Goukouni Weddeye effectue un voyage officiel en France. Accueilli à Élysée par le président François Mitterrand. Grisé par cet accueil, de retour à N’Djamena il demande le départ des troupes Libyennes du Tchad dans un délai de trois mois. Choqué par cette ingratitude caractérisée, le colonel Kadhafi retire ses forces dans trois jours. Ce discours fatidique de Goukouni est prononcé le 30 Octobre 1981 à 19heures et Hisseine Habré réplique le même jour à 21heures je cite : « la 3e guerre du Tchad a commencé et c’est nous qui la gagnerons » effectivement Habré l’a gagné. Voici sa percée spectaculaire vers le pouvoir.

Le 03 Novembre 1981, la localité de Guéréda tombe aux mains des forces Armées du Nord ; le 5 Novembre 1981 c’est la garnison de Adré qui s’écroule, le 13 novembre c’est le tour d’Amzouer ; le 19 c’est Abéché ; Biltine c’est le 23 novembre ; le 5 décembre 1981 c’est Kotoro Fallata ; le 22 Février 1982 c’est autour d’Oum Hadjer au Batha qui s’écroule comme un château de cartes ; le 30 Mai 1982 c’est Ati, chef-lieu du Batha qui s’écroule à son tour comme une colonne de cendres.

A Bir Goz la bataille fut extrêmement violente, les hommes du baroudeur Moussa Sougui ont repoussé à plusieurs reprises les forces Armées du Nord. Massaguet tombe le 05 juin 1982 et le 7 juin 1982 la capitale passe aux mains des hommes du président du CCFAN Hisseine Habré.

Ainsi l’acte de décès du GUNT est définitivement signé. « Kalawa wal Djarma » ! Je faisais partie du gouvernement mort-né du 2 juin 1982. On m’a confié le Ministère de l’Intérieur et Sécurité alors que moi-même je ne suis pas en sécurité.

Conclusion : En république centrafricaine, la paix n’est pas pour demain. Dans un pays où on tue des humains pour le seul fait qu’ils sont de confession musulmane, on brule des enfants, de femmes et vieillards, c’est donner sur un plateau d’argent l’occasion à Boko Haram et Al Qaïda d’aller venger ses coreligionnaires au nom d’Allah. J’ai connu François Bozizé cet officier félon en Mars 1983 à l’Hôtel de la plage à Cotonou. Il venait guetter le colonel Gamané Abba un kenga de grande vertus qui lui offre chaque jour un déjeuner. A ma grande surprise, je retrouve ce même Bozizé au quartier Amriguébé de N’Djamena où lui et son fils Francis ont élu domicile chez feu Général Daoud Soumaïne un ressortissant du Guéra. Finalement cet officier de parade est devenu un cas social pour les Tchadiens. Forgé de toute pièce par l’homme du 1er décembre 1990, Bozizé s’installe au plais présidentiel à Bangui et tourne son canon contre nos compatriotes vivants en R.C.A. S’adressant au docteur Américain Albert Schweizer de Lambaréné(Gabon) un malade disait je cite « Grâce à vous Docteur les aveugles voient » Source d’information lire ‘’Guide médical africain’’ du Dr GOARNISSON.

Aujourd’hui grâce au Tchad un énergumène comme BOZIZE avec ses petites jambes de Pygmées marche lui aussi sur un tapis rouge. La Fontaine Fable disait : « Faire du bien à un méchant c’est perdre son temps »

Al Hadj Garondé Djarma 

194 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article