12/07/2016: TCHAD/Centrafrique: Touadera nostalgique de l’ère Bozizé, ce que Déby risque de ne pas apprécier. Comme pour son gouvernement, le nouveau chef de l’État a fait appel à des personnalités issues de l’ancien régime pour composer son cabinet. Les mouvances et les partis politiques ont été superbement ignorés dans l’organigramme du cabinet de Faustin Archange Touadera orme le 18 mai. Dotée de vingt-deux membres – presque autant que le gouvernement de Simplice Sarandji qui en compte vingt-quatre –, cette équipe compte une majorité de personnalités civiles et militaire de l’ère François Bozizé. Cinq candidats malheureux ayant décidé de soutenir Touadera au second tour de la présidentielle y font leur entrée. L’ex-ministre de l’Enseignement supérieur et ancien ambassadeur à Paris Jean Willybiro-Sako est nommé ministre conseiller spécial chargé de la réconciliation nationale. Il travaillera sur ce dossier en duo avec Régina Konzi Mongot, unique femme candidate lors du dernier scrutin, qui intègre également le cabinet présidentiel. Ex-ambassadeur à Washington, Stanislas Moussa Kembé devient conseiller diplomatique. Autre conseiller, chargé des investissements, Jean-Baptiste Koba a été plusieurs fois ministre (télécommunications, agriculture) sous l’ancien régime tout comme Fidèle Gouandjika qui aura à gérer les relations avec les organisations. Par ailleurs, c’est à un ancien ministre délégué aux mines sous François Bozizé, Obed Namsio, qu’a été confié le secrétariat général de la présidence. Le cabinet militaire compte également de nombreux anciens collaborateurs du président renversé en 2013. Son nouveau directeur, le général de corps d’armée Antoine Gambi, a été ministre des Affaires étrangères. L’ancien chef d’état-major des FACA sous Bozizé, le général de division François Mobébou, est chargé de réformer l’ensemble des services de sécurité du pays. Enfin, Faustin Archange Touadera a choisi le colonel Noël Bienvenu Selesson, un proche parent, pour suivre et accompagner le programme Désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement (DDRR). Un autre fidèle, Pierre Mapouka, le père du directeur de protocole à la présidence Freddy Mapouka a été désigné comme nouvel inspecteur général d’État. 

 

291 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article