RÉPUBLIQUE DU TCHAD                              FRONT PANAFRICAIN RÉVOLUTIONNAIRE   (FPR)

 

 

 

           – Le Front Panafricain Révolutionnaire (FPR), annonce la triste nouvelle                              
              du décès camarade Général AHMAT YAHYA BICHARA, décès survenu le 19 Octobre 2013 de suite  de maladie.

 

 – Le FPR rend ses hommages à cet intrépide combattant qui s’est illustré par ses qualités guerrières et présente ses condoléances à sa famille, ses compagnons de lutte, de l’ex-FUC en passant par les ex-libérateurs ainsi qu’à ses frères d’armes dans l’armée tchadienne et la révolution en général.

 

 

            – Gal Ahmat Yaya a fait sa début de carrière militaire dans la garde rapprochée du feu Président centrafricain Potassé avant de                basculer dans les rangs du Gal François BOZIZE en lutte armée contre Potassé en 2002 et 2003. Gal Ahmat Yaya s’est très                      vite démontré pour devenir le Chef d’Etat-Major de cette rébellion qui portera le Gal BOZIZE au pouvoir le 15 Mars 2003.

 

    – Il a fallu quelques moi seulement pour que la séparation soit total avec le nouvel homme fort de Bangui quand ce dernier avait réprimé une contestation pacifique des mutilés de guerre et des ex-libérateurs déflatés qui réclamaient le non payement de leurs primes.

 

   – Pendant que le médiateur gabonais à la crise centrafricaine en la personne du feu Oumar Bongo tentait d’apaiser la tension, Idriss Deby intervient en se réclamant la paternité du pouvoir de Bangui, envoi un avion qui embarque tous les officiers supérieurs avec à leur tête le Gal Ahmat Yaya. Le piège réussi doublement: primo, Bozizé est affaibli et secundo, ces officiers sont presque tous des meilleurs ex-cadres de l’armée tchadienne qui constituent une menace au régime de Ndjamena car, c’est tous des déflatés et retraités qui n’ont pas été payés par Deby depuis le début du projet de démobilisation de 1992 dit "MME CLAUSTRE". 

 

       –     Arrivés au Palais Rose, les portes des cellules de la prison leurs étaient bien ouvertes. Cela durera presque deux ans ou plus pour certains, alors que d’autres qui ne cessent de réclamer leurs droits comme ce fut le cas du Gal Ahmat Yaya, ont choisi de le réclamer au régime de Ndjamena; feu Ahmat Yaya se retrouve alors à l’est du Tchad quand les bruits de bottes faisaient déjà échos.

 

       –    Il répond à l’appel du Capitaine Mahamat Nour Abdelkérim, Président du FUC. Il a participé farouchement à l’offensive militaire du 13 Avril 2006 qui a fait pleurer Deby à chaude larme quand il avait perdu espoir de conserver le palace de Djambal-Ngatto et cela, Ahmat Yaya était aux cotés du redoutable Gal Oumar Borkou sous le commandement d’un grand officier, le Colonel Mahamat Issa qui à la commande de ces vaillants combattants. 


–  Après les accords de paix signés en Libye entre Mahamat Nour Abdelkérim et le Gouvernement de Ndjamena, feu Ahmat rentre aux bercails  il fut nommé Commandant la Région Militaire du Salamat, poste qu’il occupa jusqu’à une nouvelle arrestation le 03 décembre 2009 après avoir participé à la fête du MPS à Sarh pendant que le même jour Gal Oumar Borkou également se faisait arrêter devant sa famille à Mongo dans les même circonstances comme quoi, ils tentent de déstabiliser le régime.


–  Il a fallu presque trois ans pour retrouver la liberté sans aucune procédure judiciaire tout en perdant d’avance tous leurs droits en vers l’Etat tchadien et pire encore, ils ressortent dans un état de santé très dégradant par suite d’empoissonnement comme se fut le cas du Colonel Djibrine Dassert qui a succombé sitôt après sa libération la même année 2012.


–  le Gal Ahmat Yaya a rejoint Bangui il y a cinq mois afin de récupérer ses bien saisis depuis 2003 par son ancien compagnon, le Gal François BOZIZE qui vient d’être renversé du pouvoir par les forces de la SELEKA.


–  Cette disparition de ce brave et farouche guerrier nous rappelle celle de son compagnon de misère le Gal Oumar Borkou qui a lui aussi disparu dans des conditions très mystérieuses à la frontière tchado-centrafricaine en Février dernier assassiné par les forces de Deby.


–  Nous leurs rendons tous deux hommage car nous venons(la famille révolutionnaire) de perdre parmi nos braves et irrésistibles "SEIGNEURS DE GUERRE".


 Paix à leurs âmes. Ina Lillah wa ine Ileyhi radji-oun.


                       "VIVE LA REVOLUTION"
                       "LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS"
 

 

Fait à Djara: le 20 Octobre 2013

 Col Tatcho Ahmat.

Président du FPR

 

885 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article