08/08/2016: TCHAD/CTDDH: la Convention tchadienne de Défense des Droits de l’homme (CTDDH) est profondément indignée par la répression sauvage et gratuite exercée sur des manifestants au quartier Dembé. Une fois de plus, l’exercice d’un Droit constitutionnel a été gravement violé et ces sauvageries, perpétrées par la garde personnelle de Déby venue à la rescousse des gendarmes, policiers et éléments de la garde nationale et nomade avaient cause la mort d’un manifestant Rombaye Emmanuel, lâchement assassiné par la garde prétorienne d’Idriss Déby, de 8 arrestations et de 3 blessés graves, depuis hier 6 août 2016 à la veille de la marche pacifique, les habitants de toutes les grandes villes du pays sont terrorisés par un dispositif composé d’une armada qui rappelle des périodes de guerre et vivent un état de siège digne des dictatures les plus féroces. Manifester contre le hold-up électoral et surtout contre une investiture qui n’est rien d’autre qu’une consécration de la forfaiture passée est un droit constitutionnel. Il est vrai que le Tchad n’est pas un état de droit et le constat fait par les observateurs est de notoriété publique. La Convention tchadienne de Défense des Droits de l’homme (CTDDH) exige la mise en place d’une commission d’enquête indépendante afin d’établir les responsabilités sur cet assassinat et coup et blessure exercées sur les manifestants; elle exige par ailleurs la libération immédiate de tous les prisonniers arbitrairement arrêtés pendant les manifestations. D’autre part, la CTDDH demande aux chefs d’État invités pour assister à ce sacre honteux et sanglant de décommander leur participation sous peine de perdre leur crédibilité.


Fait à N’Djamena le 07 août 2016.


Le Secrétaire général

Mahamat Nour Ibedou

 

158 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article