CONVENTION TCHADIENNE POUR LA DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME.
C.T.D.D.H
BP : 5839 Ndjamena E mail : .ctddh_organisation@yahoo.fr
Tel : +235 66267981 ; +235 92106983 Siege National : Avenue Oumar Bongo face à la Station- Service NIMRO

Communiqué de Presse N°OO3/2016


La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits  de l’Homme (C.T.D.D.H) informe l’opinion Nationale et Internationale qu’un véritable massacre relevé par plusieurs témoignages concordants  avait eu lieu au Batha ; en effet, des éléments  de la gendarmerie, de la garde nationale  et ceux de la DGSIE après avoir  encerclé  toutes les zones  dans lesquelles  des orpailleurs  autochtones   étaient en train de  chercher de l’or apparu à fleur de terre dans leur région, se sont mis dans un premier temps à les empêcher de continuer les recherches avant de se livrer sur eux à des bastonnades d’une brutalité inouïe. C’est ainsi que qu’après avoir confisqué le matériels  l’argent, les affaires personnelles l’or et surtout après avoir brulé plusieurs  motocyclettes des orpailleurs, les militaires se sont mis à tirer systématiquement sur les récalcitrants faisant plusieurs dizaines de mort.

La C.T.D.D.H est d’autant plus indignée qu’après avoir délesté ces autochtones de leurs matériels, des hauts responsables militaires installent des véritables campements et utilisent le même matériel confisqué pour  leur propre compte , balisant des grands espaces et engrangeant injustement de grandes quantité d’or .

La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l’Homme (C.T.D.D.H)  estime que cette sauvagerie destinée à terroriser les orpailleurs afin de les dissuader de continuer fait partie de  la politique mise en place par le Président  et destinée à empêcher tout éventuel enrichissement des  autres tchadiens ; le but étant de préserver à tout prix l’hégémonie des membres de sa famille sur le reste des citoyens.

Le code minier tchadien n’interdisant pas formellement l’exploitation artisanales des minerais, la C.T.D.D.H relève que le gouvernement pouvait simplement  accorder à ces autochtones des licences et installer des comptoirs afin de percevoir les taxes dues à l’Etat, au lieu de se livrer à ces violations graves et intolérables des droits de l’Homme sur ces citoyens.

La C.T.D.D.H condamne avec la dernière énergie ce massacre abject, lâche et gratuit ; elle exige l’arrêt immédiat de ces exactions et cette exploitation injuste de l’or par des militaires qui croient tout se permettre parce qu’ils sont détenteurs des armes. Elle exige par ailleurs la formation d’une commission d’enquête en vue d’établir les responsabilités dans ce massacre.

La C.T.D.D.H est indignée par le silence observé par les institutions tant nationales qu’internationale dans cette affaire qui nous interpelle tous.
Fait à Ndjamena le 16 Janvier 2016.

Le Secretaire Géneral 
Mahamat Nour Ibedou

158 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article