Suite a la mission du contrôle d’État au PROADEL, mission pendant laquelle il a été démontré preuve à l’appui et au vu des contraintes du décret 696, que le coordonnateur national, Nateguingar Franco-Joseph et un groupe de personnes dont des cadres du projet, et un externe son petit frère (Julien Yondamal) ont fait du faux et usage de faux pour détourner les fonds de l’État et de la Banque Mondiale par la création de Sociétés  écrans, des doubles paiements des microprojets du volet Gestion communautaire des Écosystèmes (GCE), et enfin comble de bêtise la falsification d’acte notarié pour justifier certaines dérives. Ces prédateurs doivent en ce moment à l’État tchadien et à la Banque Mondiale la coquette somme de 500.000.000 de francs CFA.

 

Les investigations ne sont pas encore finies qu’a la grande surprise, le ministre de l’Assainissement public (Abderaman Salah Chaha) convoque Djamal Brahim le lundi 29 décembre 2014 dans son bureau, en présence du SG du Ministère pour lui demander de signer un soi-disant rapport final séance tenante, sans même qu’il le lise malgré l’insistance de Djamal de vérifier le contenu auparavant. Ensuite devant le refus de Djamal, Abderaman Salah annonce que Djamal fait l’objet d’une dénonciation écrite de corruption par le désormais ex-coordonnateur national Nateguingar Franco Joseph. Une cabale sous forme d’une dénonciation calomnieuse de corruption. L’accusé a fait comprendre que certes ce dernier a tenté de le corrompre à mainte reprise et il avait fait un compte rendu fidèle au chef de mission Doguine Yondé (homme de main de Salah) en temps réel. Les membres de la mission présents ont confirmé cela. Mais hélas, devant le manque de réaction du chef de mission, piqué dans son honneur, Djamal a demandé séance tenante de remettre les clés de son bureau et ceux de son véhicule de fonction au ministre en lui demandant de transmettre le dossier à la justice pour lui permettre de faire face à ce misérable voleur récidiviste fiché au contrôle d’État, et qui crie au voleur. Cependant,  le ministre Abdraman Salah Chaha a fait preuve de complaisance, ou de connivence, sinon il aurait du faire arrêter le calomniateur et demander de mettre Djamal à la disposition de la Police judiciaire. Une source indépendante a appris que le ministre le claironne haut et fort, qu’il avait été embrigadé par le Général Oky Dagache qui ne cesse d’intervenir au profit du coordonnateur voleur, car Salah et Dagache doivent leur arrivée au gouvernement grâce à Djimrangar Dadnadji Joseph, cousin et parrain de Nateguingar Franco-Joseph. 

 

Ainsi, Djamal croupit injustement depuis le 14 janvier 2015, mis sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt de N’Djamena, par le juge d’instruction du premier cabinet, sur instruction personnelle du 4e substitut du Procureur général de la République. Il est le seul a être gardé à vu, et à être incarcéré, alors que celui qui a écrit l’avoir corrompu est libre. Le corrupteur et le soi-disant corrompu ne doivent ils pas être mis aux arrêts ou comparaitront libres ensembles ? Ironie de sort comme pour le punir de cette atrocité malveillante, Djamal est gardé à vue 9 jours à la Police judiciaire. Le calomniateur était bien entendu en train de siroter calmement son whisky. 


Ce que Abderaman Salah, Oki Dagache, Djimrangar-Joseph et Franco-Joseph ne savent pas, c’est qu’a chaque fois que ce zèbre a tenté de corrompre Djamal, ou de le faire par personne interposée, toutes les conversations ont été enregistrées, et l’accusé a fait un compte rendu à qui de droit. Le chef de mission étant la seule interface entre l’équipe en mission et le ministre. Est-il complice par solidarité à un natif du Mandoul  comme lui ? Nous reviendrons.

 

(AFFAIRE À SUIVRE)

Correspondance particulière depuis le ministère de la moralisation.

N’Djamena – TCHAD

 

980 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article