06/01/2017: TCHAD/Direction des impôts: Il y a lieu de dire qu’on se fout de la gueule du peuple. Si nos compatriotes se souviennent-il y a de cela une semaine le fils de l’imam Hassan Hissein (Fayçal Hassan Hissein) fut nommé par décret directeur général des impôts en lieu et place d’un cadre du domaine avec des faits d’expérience actés (Seidou Mahamat Seidou). Il n’y a rien de particulier envers Mr Fayçal Hassan Hissein, arabophone et architecte de formation. Il est à la tête d’une association de collecte de fonds pour l’insertion des jeunes et en les orientant vers tout aspect de développement. Dans toutes ses interventions, il fait l’éloge de la 1ère dame, il fut reçu par la 1ére dame à qui il a remis un prix, juste à quelques de sa nomination aux impôts. C’est ce jeune homme inexpérimenté qui remplace un cadre dont les faits d’armes sont connus. Comment fera-t-il pour travailler? Ses interlocuteurs et partenaires travaillent et communiquent avec la langue officielle du Tchad qui est le français, comment fera-t-il asseoir son autorité à la tête d’un département qui demande de la mesure et une technicité. Ceux qui crient à cor sur les tares de l’administration tchadienne doivent se poser la question, promouvoir le fils d’un affidé du régime est une reconnaissance aux œuvres diaboliques du père, soit… Mais, ne peut-on pas le parachuter ailleurs là où ses compétences pourront mieux le servir et servir le Tchad? Le nommer aux impôts dans une direction d’une telle importance est d’autant plus grave et irresponsable, car c’est notre pays qui en pâtira. L’on ne peut dire et décrier la crise actuelle en sabordant les piliers stratégiques d’un organe de l’administration. Les bouffons du roi ont leur cour… montrez-leur le chemin. Aux autres le mérite de la carrière. 

214 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article