21/10/2016: TCHAD/Douanes: (voir le message en bas de page). Par un message envoyé à notre rédaction un pseudo dénommé Katir avec un faux mail (kmoursal@yahoo.com) tente de faire un éclairci sur le scandale qui secoue le DG des douanes. Pour info, dans un souci d’équité bien avant que l’article ne soit publié par Tchadanthropus-tribune, la rédaction a tenté de se mettre en contact avec certains protagonistes à la douane. Mais l’arrogance a prévalu, et Tchadanthropus-tribune a fait le job bien avant que la toile ne s’emballe et que les journaux locaux ne s’emparent de l’affaire. Si les services de douanes ont besoin d’utiliser un “Laoukoura “ pour les défendre, il faut aussi noter qu’ils ont le droit de faire un droit de réponse. Utiliser les bons canaux au lieu de serpenter de manière louche comme vous faites votre travail en dupant les Tchadiens, et Idriss Déby. Assez souvent, ce sont ces mêmes grands voleurs de la République qui, pour camoufler leur butin illicite, crie au scandale quand ils sont pris la main dans le sac. À la rédaction on nous taxe d’être des suppôts d’Hissein Habré, où des supporteurs avérés, comme si nous n’avons pas de principes, ou le droit de réfléchir par nous même. Cela est un faux argument. Dans l’administration, dans la gestion, Habré est une référence aux regards de ce qui se passe actuellement au Tchad. On peut, ne pas l’aimer, mais lui reconnaître ça. Et pour finir avec ce passage, supporter Habré ne vous enlève en rien votre droit de regard sur la politique du Tchad et sa gestion des choses publiques. Les Habreistes existent encore y compris dans le gouvernement, l’administration, et l’entourage d’Idriss Déby. À certains Soudanais responsabilisés au Sotel-Tchad, cherchez-vous d’autres arguments. L’on ne peut avoir un nom, deux matricules et 4 salaires. Rendez aux Tchadiens ce que vous leur voler chaque jour, après on pourra s’expliquer. Et surtout assumez-vous comme nous autres, écrivez à visage découvert. Se cacher pour raconter sa vie est une lâcheté comme le vol que vous perpétuez en mode de vie.

La rédaction

 

Ledit message

Katir

kmoursal@yahoo.com

 

Bonjour à tous, Je ne suis pas douanier et moins encore un défenseur de la douane, mais nous devons être très prudent lorsqu’on publie un article comme celui-ci. La première décision sur la gestion des perceptions des droits indirects remonte a 1973 par décision ministériel et abrogées par décret présidentiel en 1995. Il ne s’agit là que des intérêts et qui sont bel et bien du domaine d’un contentieux et gérés en tant que tel par la douane. Il est indiqué, dans le décret de 1995, que les montants des contentieux soient perçus par l’administration des douanes et non payés au trésor. Le but c’est de faciliter le paiement des personnes ou services impliqués dans la saisie, mais qui ne sont pas des agents des douanes. Le principal ayant conduit à ces intérêts est payé au compte CBT libellé Etat-Direction Générale des Douanes. Au même titre que d’autres services de l’État, la Direction Générale des Douanes et Droits Indirects a ouvert des comptes bancaires dans plusieurs banques de la place. Élire une seule banque n’est pas prudent et d’ailleurs même pour les entreprises privées. De ce fait, le problème d’un compte bancaire à la SGT n’est pas un souci, mais le problème reste que la totalité du montant est utilisé par la douane. 50% devraient être versés au trésor public en sus du principal. À ce point, la douane DOIT être minutieusement surveillée. Les législateurs pourraient par exemple demander que la part du trésor public ne soit pas collectée par la douane, mais plutôt directement libellée au nom du trésor public. Ça résoudrait le problème de déviation des fonds par DGDDI. 


 

262 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article