29/06/2016: TCHAD/Justice injuste aux ordres: Arrêté sur ordre direct d’Idriss Deby et les responsables de l’ANS de l’époque. Ismaël Idriss Ismaël (ex-cadre du FUC & ex-secrétaire d’État aux Affaires étrangères) et ceux qui ont été arrêtés arbitrairement avec lui (Doumdoum Nestor Rigos, Djasrabaye Rimngar, Ngarléjy Ngarna Ngarnguinam) n’ont jamais été jugés jusqu’à leur libération ce mardi 28 juin 2016. 3 ans durant, ils ont subi des atrocités dans un environnement carcéral abject, sans accusation concrète et sans y être jugé. La rumeur qui avait sévi laisser comprendre que le régime despotique de N’Djamena programmait un jugement le 30 juin prochain, avec un chef d’accusation imaginaire, qui prétendait que Ismaël et ses camarades organiseraient une insurrection armée. L’aveu serait hautement obtenu d’un de ses camarades de prison. Mais comme par enchantement, ce mardi 28 juin 2016 dans l’après-midi, un quidam se présenta à la maison d’arrêt d’Amsinéné pour leur ordonner la liberté sur ordre du procureur. C’est comme ça avec le régime MPS. On a le droit de vous mettre en prison comme on veut, et vous libère selon les humeurs. La justice aux ordres exécute, fait et défait les nœuds sans aucune forme juridique. Pour rappel, Ismaël Idriss Ismaël a été arrêté le 16 avril 2013 à Bangui par les agents de l’ANS infiltrés pendant la chute de Bozizé. 48 heures après, un avion spécial fut dépêché pour rapatrier le prisonnier à N’Djamena. Livré aux services spéciaux tchadiens, s’en suivent des interrogatoires à moudre un grain. 3 ans durant, Ismaël et ses Co accusés sont restés détenus illégalement par le régime MPS, jusqu’à cette libération qui ne dit rien. Ni coupable ni innocent. Mais libre…

 

278 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article