29/07/2016: TCHAD/Football: Tchadanthropus-tribune avait depuis longtemps dénoncé la gestion du football tchadien pris en otage par des personnes qui n’avaient rien à faire avec le football et son éducation. La rédaction avait mis l’accent en indexant directement le potentiel sportif du fameux Mostar Mahmoud, ex-bogobogo douanier reconverti dans le sport pour faire fortune et la complicité de ses amis mafiosos au sein de la fédération. Le sieur Moctar Mahmoud se targue d’être proche du clan au pouvoir, donc intouchable, c’est pourquoi depuis longtemps, malgré les couacs au sein du football tchadien, il est toujours en place et méprise tous les responsables d’état qui veulent mettre de l’ordre. Depuis 10 ans, cet individu amasse, détourne, sans que personne ne le dégage. Pourtant les Tchadiens n’ont jamais été mauvais en football depuis ces dernières décennies. Nous sommes loin de l‘épopée Nambatingué Toko, Ngon Golo, Ahmadaye jeu de fer, pelé boy Albert, Haroun Saba dit maitre Toro, Bébé Djass, Dougga Malick, Kouder, Adamou Diallo, Badaoui, Samba Touré entres-autres, sans parler des générations d’après. À croire que ce pays n’a jamais produit de grand footballeur… Si le Tchad a eu tous ces grands footballeurs à l’époque, cela s’est fait par une organisation et une éducation sportive bien structurée, même si à l’époque, il n’y avait pas des subsides et d’argent versé directement par la FIFA et une caisse allouée au sport (redevance téléphonique). L’actuel ministre Bétel Miarom a bien fait de suspendre la fédération tchadienne de football, pire, si le règlement le permet il faut dissoudre la fédération et permettre aux professionnels du football de prendre les choses en main. Les intimidations de ce Mostar Mahmoud et ses complices ne doivent pas être acceptés. Il faut les confondre avec les résultats et leur bilan depuis qu’ils sont à la tête de la fédération du Football tchadien. L’annonce de la constitution d’un comité de crise des anciens du football tchadien dirigé par un ancien grand joueur Abakar Hunwanou est salutaire. Pourvu qu’elle ait les coudées franches pour mener à bien ses rapports de redressement. S’en prendre à un ministre (Bétel Miarom) qui représente l’état en lui crachant dessus est un délit, qui devrait être sanctionné par la loi. Mais au Tchad du pouvoir actuel, que vaut un ministre ou l’autorité de l’état ? Prenez, n’importe qu’elle personne bien constituée ne le fera pas, ceux qui se prévale proche de Déby et son pouvoir se croient tout permis, ou du moins ceux qui utilisent l’appartenance à son clan pour piétiner les Tchadiens sans qu’il ne soit au courant. C’est aux Tchadiens de ne pas accepter l’humiliation. À l’époque j’étais fier du football tchadien, pas maintenant quand notre football est sous tutelle d’un immigré soudanais incompétent.

 

267 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article