22/08/2016: TCHAD/France – La visite privée & semi officielle d’Idriss Déby en France – Synthèses: Idriss Déby et Hinda Déby sont arrivés mercredi dernier à Paris pour une visite privée selon le communiqué du palais des Itno. Le président tchadien est arrivé avec une équipe assez restreinte, son fils Déby, son chef d’état-major particulier Mahamat Orozi, son épouse Hinda, son protocole Allamaye et quelques gardes de corps, loin du nombre pléthorique qui a l’habitude de l’accompagner. Les habitués ont dû remarquer l’absence de Zackaria Idriss Déby, qui boude son père depuis plusieurs mois, à cause d’un différent de moindre importance, caprice d’un jeune qui veut faire comme Icare, tant que le soleil ne lui brûle pas les ailes. Revenons à l’épisode visite, de l’aéroport du Bourget où tout ce monde a atterri, direction l’hôtel California au sis 16 rue Berri 75008 Paris, non loin du domicile privé du couple Déby. Dès jeudi matin à 8 h 30, la délégation d’Idriss Déby s’ébranle vers l’hôpital américain, accueil chaleureux du responsable de l’hôpital – normal quand on sait comment ils arnaquent nos compatriotes qui font de cet hôpital une référence – de 8 h 30 à 14 h, Idriss Déby subit des batteries d’examens sur l’œil vigilant de ses sbires. La fin d’après-midi est ponctuée de quelques visites et quelques Tchadiens qui cherchaient à rencontrer Idriss Déby. Selon nos sources, le retour était prévu pour le vendredi 19 août 2016, mais la rencontre avec Hollande a changé les plans. Dans la nuit de vendredi à samedi matin, les invitations à une certaine presse furent envoyées pour le rendez-vous de samedi 18 h. Idriss Déby était accompagné pour la circonstance de l’ambassadeur Hissein Brahim Taha, et de son chef d’état-major Mahamat Orozi, Hollande est assisté de Thomas Mélionot, adjoint conseiller à l’Afrique et aussi de son nouveau chef d’état-major particulier l’amiral Bernard Rogel. Après un tête-à-tête de quelques minutes, les 2 délégations ont pris place dans la salle prévue à cette occasion. Il faut noter que bien avant cette entrevue, Idriss Déby s’est déplacé à l’hôpital américain pour s’enquérir de l’état de santé du sultan de Dar Zaghawa Kobé, Taher Abderaman Haggar, hospitalisé pour raison santé… La délégation tchadienne a quitté Paris dimanche matin pour arriver à N’Djamena en milieu d’après-midi. Il faut le dire, la visite pourtant privée s’est mue en une rencontre entre les deux complices du malheur des Tchadiens, sur l’aspect sécuritaire, sachant avec pertinence ce qui pourrait être avancé lors des têtes à têtes. Idriss Déby est un despote déguisé en démocrate, et certaines autorités françaises l’accompagnent dans ce déni de démocratie, dans un pays où les élections sont souvent truquées par le régime MPS, un régime qui assassine ses opposants et les défenseurs de droits de l’homme. En recevant Idriss Déby à l’Elysée, Hollande et son appareil cautionnent toutes les injustices faites au peuple tchadien. Les raisons sécuritaires ne peuvent être un alibi pour foisonner la démocratie, fut-elle chez les nègres. 

269 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article