27/06/2016: TCHAD/France: Selon divers médias, après quelques semaines d’hésitation et une demi-douzaine d’entretiens avec les candidats, le président français François Hollande a fait son choix. C’est l’amiral Bernard Rogel, âgé de 60 ans qui succédera en août 2016 au général Benoît Puga au poste clé de chef d’état-major particulier (CEMP) du président de la République – l’une des fonctions les plus importantes de France. Pour les dossiers tchadiens à l’Élysée, il est à noter que dans le milieu de l’opposition armée et politique tchadien, le général Puga fut le véritable verrou pro régime Idriss Déby de Sarkozy à Hollande, et qui le plus souvent fait ses fiches pour la pérennisation du régime tchadien actuel. Le général Puga a joué un rôle très important auprès de sa hiérarchie (Élysée-ministère de la Défense) pour venir en aide à son frère d’armes Idriss Déby et influencer l’exécutif français. Son départ ne peut qu’être applaudi dans les milieux des activistes politiques tchadiens férus de démocratie et de droit de l’homme. Il sera remplacé à ce poste par l’amiral Rogel qui a fait carrière dans les sous-marins nucléaires et qui avait rejoint une première fois l’Élysée en 2004 comme adjoint au CEMP, chargé des opérations militaires extérieures (Opex). Puis, de 2006 à 2009, il a dirigé ces mêmes Opex à l’état-major des armées. Futur conseiller militaire au quotidien du président Hollande, l’amiral a déjà supervisé plusieurs actions militaires en Afrique, et notamment en Côte d’Ivoire.

200 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article