Le Premier ministre tchadien, l’a réitéré lors de l’ouverture de la conférence de mobilisation des ressources, de deux jours qui se tient dans la capitale française.

 

Devant les pays amis, les partenaires du développement, le chef du gouvernement tchadien, S.E. Kalzeubé Payimi Deubet a lancé un appel à soutenir vigoureusement le Plan national de développement de son pays axés sur huit points et dont les secteurs prioritaires sont les infrastructures, le développement rural et la gouvernance. Le principe de ce plan opérationnalisé étant de parvenir à offrir une meilleure qualité de vie aux populations tchadiennes et de parvenir à la consolidation de l’Etat de droit et de la démocratie. Dans son propos, le PM tchadien a bien précisé que la tenue de ces deux jours de travaux dans les locaux de la Banque Mondiale à Paris est de parvenir à mobiliser les 609 milliards de Fcfa nécessaires pour boucler le financement du PND. Devant la baisse de l’aide publique au développement, des financements privés, il était nécessaire de mobiliser les ressources extérieures nécessaires pour faciliter la réalisation des objectifs du plan. En effet, le coût initial du PND «était de 3 726 milliards de Fcfa; 58% du financement était acquis, dont 45% sur ressources propres de l’Etat et 13% sur ressources extérieures. Les 81,4% de ce budget étant déjà acquis, le gap à combler est de mobiliser les 609 milliards de Fcfa» a tenu a précisé le PM dans son discours de présentation.

 

 
Les prémisses de réponses

Avant que les participants ne planchent sur les dossiers techniques à présenter par les différentes délégations ministérielles, les partenaires financiers ont tenu à saluer l’engagement du Tchad, à mettre tout en œuvre pour devenir un pays émergent. Ainsi, la Banque Mondiale milite ardemment pour l’atteinte prochaine du point d’achèvement de l’Initiative Pays Pauvre Très Endetté (PPTE) par le Tchad. Car d’après son représentant à cette conférence, le PND a jeté les bases de la consolidation de la croissance du Tchad. Il appartient à tous les bailleurs de fonds de soutenir plus que par le passé les efforts du gouvernement tchadien en vue de parvenir au point d’achèvement. Pour cela, la Banque Mondiale recommande au Tchad de maintenir le cap des reformes structurelles et en matière de gestion des finances publiques, en veillant à une discipline budgétaire stricte. Toute chose qui pourrait permettre au pays de Idriss Déby Itno de bénéficier de la facilité élargie de paiement, d’accéder à une panoplie de financements auprès des bailleurs de fonds, voire accroître le volume des investissement privés.

Aux côtés de la Banque Mondiale, le représentant de la Banque africaine de développement est revenu sur le soutien à apporter au gouvernement tchadien. Cela se ferait à travers deux appuis institutionnels : l’appui à l’atteinte de l’initiative PPTE et l’appui à la mise en œuvre du PND. Pour cela, la BAD propose une maîtrise des dépenses publiques et d’aller au-delà afin d’engager une réflexion. Il faut un dialogue sur l’agenda post 2015, préparer les documents techniques pour l’obtention rapide des financements dira le représentant de la BAD. Ce dernier tient à saluer le travail de la diaspora tchadienne. En effet, celle-ci, dont l’apport s’est relevé déterminant dans de nombreux pays au monde peut être une source importante d’investissements. Dans ce cadre, la banque accompagnera le gouvernement, pour une meilleure prise en compte des diasporas dans le financement des projets structurants afin de poursuivre la coopération soutenue et dynamique 

 

Par Luidor Nono


402 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article