Le président de l’Association Sociale des Jeunes pour la défense des Droits Humains M. Pando Éric Herve dénonce lors d’interview accordée au Tchadanthropus la dérive du régime  dictatorial  du président Déby et auteur de  violations  massives de droit de l’homme. Il invite instamment le Président Français François Hollande lors de sa visite au Tchad d’interpeller son homologue Tchadien sur les diverses violations de droit de l’homme perpétrées par son régime.    

 

Monsieur le président de droit de l’homme, qu’attendez-vous de la visite du président Hollande ?  

 

Pando Eric Erve: J’aurais aimé lors de sa visite  qu’il priorise les droits de l’homme avant de discuter sur le contenu de son programme. Il ne devrait pas venir installer son QG en N’Djamena qui est d’ailleurs un gouffre d’insécurité.

 

L’insécurité va grandissante dans la ville. Les enfants proches du Chef de L’État tchadien possèdent tous des armes. Les gens détiennent illégalement des armes dans notre pays. Il faut récupérer toutes les armes que détiennent tous les Tchadiens, quels que soient leur rang social, leur clan, leur statut social ou politique avant que le président français n’arrive pour l’installation de sa base pour sécuriser la région.  

 

Nous constatons de graves violations de droits de l’homme dans le pays. Le pouvoir monopolise l’appareil judiciaire.

Il faudrait qu’il ait l’indépendance de la justice.
IL faut parler de l’impunité. Les Tchadiens ne mangent
pas à leur faim même les fonctionnaires de l’État.

 

Si Hollande vient sans évoquer le droit de l’homme, il serait venu remuer le couteau dans la plaie et légitimer un pouvoir qui est en train d’infliger la terreur à sa population.

 

Est-ce que l’arrivée du président français ne vise pas à récompenser les efforts du Tchad au Mali ?

 

Pando Eric Ervé: L’intervention du Tchad au Mali est salutaire parce qu’il a sauvé un peuple dans une situation difficile. Le Tchad ne devra pas se faire une place au soleil parce qu’il a envoyé de troupe au Mali et qu’il sera l’enfant chéri de la France. Dans ce cas, nous trouvons la visite du Président inopportune.

 

Votre association de droit de l’homme lutte de plus en plus pour que toute la lumière soit faite sur la joaillière assassinée Mme Hadjé Haoua ou en est-on ?

 

Pando Eric Ervé: Pour vous dire encore que la justice ne fait pas son travail. Qui a tué cette pauvre dame ? Ces gens sont envoyés par qui ? La police, les agents de sécurité sont dotés de matériels nécessaires pour pouvoir faire aboutir les enquêtes. Pourquoi ça tarde ? Ya t-il une mainmise politique derrière cette affaire ? Raison pour laquelle je demande au chef de L’État de s’impliquer personnellement dans cette affaire afin d’aider sa famille qui n’arrive pas à fermer l’œil pendant la nuit pour mettre à l’abri de toute pression. La population qui croit qu’il ait une mainmise politique derrière ça. Sinon ce sont des gens issus de quelques parts proches du pouvoir et qui seraient impliquées dans ça et seraient réparties vivre aisément quelques parts. Sinon, on ne voit pas de raisons qui peuvent empêcher l’enquête d’aboutir.

 

Interview réalisée grâce à un correspondant de Tchadanthropus-tribune

A N’Djamena.

 

231 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article