25/01/2017: TCHAD/FRANCE/DIPLOMATIE: De sources concordantes, Idriss Déby serait toujours en quête de cash auprès de Paris. Le déplacement sécuritaire du Premier ministre français Bernard Cazneuve, accompagné du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, à N’Djamena le 29 décembre, a surtout été l’occasion pour Idriss Déby de réclamer davantage d’aide de la part de la France et dans la foulée un deal fait sur le dos de l’opposition politique et militaire. Lors de l’entretien qu’il leur a accordé à 11 h 30 au palais présidentiel, le chef de l’État tchadien a particulièrement insisté sur ces points. Le Tchad, frappé de plein fouet par une crise financière, peine à joindre les deux bouts. Il faut trouver de quoi payer les fonctionnaires sinon la crise sociale risquerait d’exploser, et les enfants dans la rue, une des peurs du régime MPS. Outre l’aspect financier, le président tchadien avait dressé un tableau sombre de la situation qui prévaut au sud de la Libye. Les rapports de l’ANS déployés et servis aux Français indiquent que ceux qui prétendent être des rebelles tchadiens au sud de la Libye ont des accointances avec des terroristes. Les noms cités avec insistances sont ceux de Mahadi Mahamat Ali et le général Mahamat Nouri. Si le 1ercité (Mahadi Mahamat Ali), est inatteignable pour l’instant, le régime tchadien sollicite l’extradition du général Mahamat Nouri vers le Tchad. Chose impossible répondent les officiels Français parce que le régime d’Idriss Déby a condamné à mort le général Mahamat Nouri, et la France ne peut procéder à l’expulser. Les officiels Français demandent à Idriss Déby de lever cette condamnation avant qu’en France une possibilité d’expulsion vers son pays d’origine ne puisse être à jour. Dès lors, les officiels Français ont été induits en erreur afin d’accuser les deux opposants de connivence avec le terrorisme, chose totalement fausse et honteuse, d’ailleurs depuis la publication de ces 2 arrêtés, toute la solidarité des Tchadiens afflue de toute part. Les gens savent que c’est faux, archi faux. Dorénavant toute personne en opposition contre le régime d’Idriss Déby doit faire attention, la petite faille lui sera fatale, et personne n’est à l’abri. Outre le général Mahamat Nouri et Mr Mahadi Mahamat Ali, un activiste, 2 blogueurs et un journaliste tchadien sur une radio étrangère sont cités. Ils doivent se dire qu’ils sont dans les mires de la tyrannie, puisque selon nos informations le ministre de la Sécurité Ahamat Bâchir a le dossier sur son bureau. Pour ceux qui résident en France, on vous cherchera la moindre erreur pour vous accabler. La France a choisi de soutenir un dictateur contre son peuple. Quiconque voudra se libérer du joug de la dictature au Tchad devra prendre en compte la position inamovible qu’une certaine autorité française alloue à l’un des régimes le plus répressifs et le plus sanguinaire en Afrique… À suivre. 
250 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article