Le capitaine de la gendarmerie Abdelkérim Saleh, chef de service carburant, récupère chaque trimestre, 300 futs de carburants au dépôt de l’état-major général des armées, afin de les acheminer à la direction générale de la gendarmerie. Sur 300 fûts, seuls 100 fûts arrivent trimestriellement  à la direction.

Pendant 10 ans  cet officier de la gendarmerie a continué à détourner  200 fûts de carburants octroyés à la gendarmerie sans être inquiétés, jusqu’à ce que cette manœuvre dilatoire puisse être décelée par le directeur technique, le colonel Hamit Sirry, arrivé à ce poste juste un an. Plusieurs observateurs se posent la question pourquoi le directeur général  de la gendarmerie Daoud Yaya Brahim ne s’est-il pas plaint sur la quantité insignifiante de carburant délivré à son institution depuis son 4 ans où il la dirige alors qu’il maitrise bien les rouages de la gendarmerie ?

Ce capitaine de la gendarmerie a-t-il agi seul pour détourner cette quantité impressionnante de carburant ? Plusieurs sources proches de la gendarmerie indiquent que ce capitaine de la gendarmerie continuait à détourner le carburant à l’insu du directeur technique et du sous-directeur matériel de la gendarmerie, mais c’est sur instruction du DG Daoud Yaya Brahim. Lors d’une réunion de crise sur la disparation du carburant tenue  à la gendarmerie, le DG aurait informé les officiers de la gendarmerie sur la fuite du capitaine. En principe, si un officier de l’armée parvient à déceler un tel détournement de carburant, celui-ci devrait recevoir l’encouragement  de sa hiérarchie, mais non pas de l’acharnement comme c’est le cas actuellement entre le DG sur son directeur technique. Gêné par l’éclatement de cette affaire, le DG procède à l’arrestation du directeur pour une soi-disant raison d’enquête. Tout serait parti d’un soupçon quand ledit capitaine (chef de service carburant de la gendarmerie) achemine 50 fûts au lieu de 100. Le directeur technique Hamid Sirry a fait un soit transmis pour informer le directeur adjoint avant de le remettre au directeur général, n’ayant pas d’autres choix que de transmettre au chef d’état major général pour vérification. Le chef d’état-major général informe et confirme au DG de la gendarmerie que son institution met 300 fûts de carburants pour le compte de la gendarmerie. Malgré cette confirmation, le directeur technique Hamid Sirry et le sousdirecteur matériel Djamal sont détenus à la maison d’arrêt.

 

Correspondance particulière N’Djamena.

 

428 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article