16/06/2016: TCHAD/Justice: Au Tchad, 2 des six violeurs présumés de la jeune Zouhoura se sont évadés de la maison d’arrêt où ils étaient en attente de le leur procès. Cette jeune tchadienne a été violée par des fils de personnalités politiques du régime Déby. Lundi dernier en fin de journée, 2 des six accusés prétextant une visite se sont fait la belle, malgré des tirs de sommation des gendarmes. Acculé par les manifestations et l’ampleur médiatique en plein campagne électorale présidencielle, Idriss Deby avait donné les instructions  pour que les violeurs de la jeune Zouhoura soient arrêtés et transférés fin février à la prison de Koro Toro. Il y a quelques semaines, ils ont été ramenés à Ndjamena en vue de leur procès, la procédure ayant évolué diton du côté de la justice. Y a-t-il eu des complicités ? L’argument est plausible surtout que les 2 fugitifs sont des fils d’officiers généraux proches du clan, et l’un d’entre eux celui du ministre des affaires étrangères Moussa Faki. Complicités ou pas, les responsables de la sécurité de la maison d’arrêt d’Amsinéné ont été placés aux arrêts lundi soir pour de mesures conservatoires. Objectif : vérifier s’il n’y a pas eu de complicité pour cette évasion. Un mandat d’arrêt a aussi été lancé contre les fugitifs. Dans un pays militaro-sécuritaire comme le Tchad tout se sait en haut lieu. Il suffit d’interroger les parents proches du régime.  Seul Déby à les clefs et les réponses. Le reste n’est que amusement de la galerie. 
 
241 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article