04/01/2017: TCHAD/L’ANS et les syndicats grévistes: (voir les critiques des médias americains sur la vidéo en bas de page). Selon une correspondance depuis N’Djamena, sur instruction de la présidence, les services de renseignements ANS auraient convoqué plusieurs têtes de file des syndicats (UST – SYNES – CIST). Le but recherché est de faire pression sur ces personnes, les accusant dans les faits de trouble à l’ordre public. Depuis plusieurs semaines, Idriss Déby cherche à noyer son incapacité à assumer le chaos qui sévit au Tchad, en faisant porter la responsabilité aux syndicats, qui a ses yeux troublent la vie sociale au Tchad. Là où l’exécutif devrait rassurer et prôner le dialogue social, Idriss Déby menace à travers ses organes de répression (ANS – police politique). Sa sortie controversée à travers une audio censurée par les communicants de la présidence montre à suffisance les carences d’un homme qui arrive aux termes de l’impuissance politique à diriger le Tchad. Les revendications sociales sont des droits partout dans le monde. Les travailleurs tchadiens n’aspirent qu’à la quiétude et la décence d’une vie normale alors que les proches oscillent en brandissant l’opulence des biens détournés. L’opinion internationale doit encore mettre à nu la nature du régime MPS comme l’a fait la télévision américaine (MSNBC – voir la vidéo en bas de page). 25 ans de gestion calamiteuse du pays. En 1990, malgré ses trahisons Idriss Déby était perçu comme un homme ayant amené la démocratie et la liberté. Aujourd’hui le constat est amer. La gouvernance du Tchad résume tout. Et les premiers qui doivent ouvrir les yeux sont les Tchadiens. 

 

 

146 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article