Un classement annuel publié lundi par le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) a indiqué que neuf pays africains figurent parmi les dix crises de déplacement de populations “les plus négligées” dans le monde.

En 2023, neuf pays africains, dont le Tchad, se retrouvent parmi les dix crises de déplacement les plus négligées, selon un rapport publié par NRC. Cette liste est établie en fonction de trois critères : le niveau de volonté politique de la communauté internationale, la couverture médiatique et les financements humanitaires.

Le Burkina Faso maintient sa position en tête du classement, comme en 2022, avec un nombre record de 707 000 nouveaux déplacements et des centaines de milliers de personnes privées d’aide. Cependant, la couverture médiatique a diminué en raison de difficultés d’accès pour les journalistes et les organisations humanitaires, et les financements atteignent seulement 37 % des besoins.

La situation s’est également détériorée dans les pays du Sahel, notamment au Mali, classé 4ème, et au Niger, qui fait son entrée dans le classement en 5ème position. Les régimes militaires au pouvoir dans ces régions ont rompu certains accords avec des partenaires occidentaux, aggravant ainsi la crise.

Les pays d’Afrique centrale demeurent également parmi les plus négligés. Le Cameroun se classe deuxième avec près d’1,1 million de déplacés et un demi-million de réfugiés sur son territoire. La République démocratique du Congo, où plus de 25 millions de personnes sont confrontées à des situations d’urgence, occupe la troisième place.

D’autres pays africains sont également mentionnés dans le classement : le Soudan du Sud (7ème), la République centrafricaine (8ème) et le Tchad (9ème), qui étaient absents du classement en 2022.

Le Honduras est le seul pays en dehors du continent africain à figurer dans le top 10, classé 6ème en raison de l’explosion de la violence, du crime organisé et de la présence de gangs.

Dans l’ensemble, il y a eu un déficit record de 32 milliards de dollars dans les budgets d’aide, laissant 57 % des besoins humanitaires non satisfaits en 2023, selon le rapport de l’ONG.

Tchadanthropus-Tribune avec Tchad info

247 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire