Des assaillants non identifiés ont assassiné dans le consulat du Tchad à Sebha, un ressortissant tchadien. Issa Abdelkerim Choukou, habitant Benghazi, était de passage à Sebha chez un proche travaillant au Consulat. Selon certaines sources, des inscriptions hostiles au régime tchadien ont été inscrites sur le mur du Consulat quelques jours avant l’assassinat. Ces inscriptions faisaient allusions au rôle qu’aurait joué Idriss Deby contre la révolution libyenne et demandant la fermeture du consulat.

D’après notre source, pour la population libyenne, Idriss Deby aurait non seulement participé à la guerre aux cotés de Kadhafi, mais aurait détourné tous les ors que Kadhafi aurait déposé dans une banque tchadienne. Selon cette même source, lorsque les libyens ont demandé les biens transférés par Kadhafi au Tchad, Deby les a accusés d’héberger des opposants et menacés de réclamer des indemnités pour les dégâts causés par la guerre Tchad-Libye (des années 80).


Cet assassinat intervient après l’enlèvement du chef de la milice de Sebha, Allatchi Mahdi (
Libye : Enlèvement d’un chef Toubou à Tripoli), et l’annonce par les autorités libyennes de l’arrestation d’un soldat tchadien à bord d’un véhicule militaire en territoire libyen. Le responsable des miliciens Toubous dans le sud libyen a été victime d’un enlèvement dans son hôtel à Tripoli d’après une source sur place.

AllatchiMahdi (à droite) visitant un blessé évacué à l’hôpital en Tunisie


Allatchi Mahdi, l’un des principaux chefs Toubous, a été arrêté dans le passé (1993) par Idriss Deby avant de le livrer à Kadhafi. Il fut incarcéré dans la fameuse prison d’Abou Salim pendant 18 ans et libéré au moment de la chute de Tripoli. Considéré comme droit et intègre dans le sud libyen, il est devenu rapidement incontournable à Sebha concourant ainsi à la pacification de la région déchirée par un conflit tribal. 
Sur les ravisseurs, plusieurs versions circulent. D’après une source contactée par la Gazette, il serait victime des trafiquants qu’il traquait dans le sud libyen. En effet, Allatchi livrait une guerre sans merci aux trafiquants de tout poil qui écumaient le sud libyen. D’autres sources avancent qu’il serait enlevé par un groupe à la solde du régime de N’djamena. En effet, Idriss Deby aurait, lors de la visite d’une délégation libyenne récemment à N’djamena, accusé Allatchi de déstabiliser son régime, et demandé son arrestation à une milice rivale des Toubous.

Hier dans la matinée, des hommes en armés ont occupés l’aéroport de Sebha exigeant sa libération au gouvernement central. Le ministère de l’intérieur libyen a réfuté toute implication dans cet enlèvement et a promis faire le nécessaire pour sa libération.

La Gazette.

209 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article