Le président tchadien Idriss Déby a affirmé que le chef de guerre djihadiste au Mali Mokhtar Belmokhtar était mort en se faisant "exploser", dans un entretien TV5 Monde/RFI/Le Monde diffusé dimanche, où il évoque aussi le retrait des troupes tchadiennes du Mali.

"Nous avons les preuves de sa mort. On n’a pas pu filmer parce qu’il s’est fait exploser, après la mort d’Abou Zeïd. Il n’a pas été le seul. Trois ou quatre djihadistes en désespoir de cause se sont fait exploser", a déclaré Idris Deby lors de cette émission Internationales enregistrée samedi à N’Djamena.

 


A la question êtes-vous certain qu’il est mort? le président tchadien a répondu: "Nous (le) savons parfaitement, nous l’avons identifié.

 


Le Tchad avait annoncé début mars que ses militaires engagés au Mali avaient tué les djihadistes Abou Zeid, haut responsable d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et Mokhtar Belmokhtar, chef d’une branche dissidente d’Aqmi.

 


La France avait confirmé le 23 mars la mort d’Abou Zeid, 46 ans, mais non celle de Mokhtar Belmokhtar dit le "Borgne" à l’origine de l’attaque du site gazier d’In Amenas en Algérie fin janvier.

 


Paris avait annoncé que des tests ADN seraient pratiqués sur le corps des djihadistes tués au Mali. 
"La guerre face à face avec les djihadistes est terminée. L’armée tchadienne n’a pas de compétence réelle pour faire face à une nébuleuse. Les soldats tchadiens vont retourner au Tchad. Ils ont accompli leur mission", a par ailleurs déclaré le président tchadien qui a envoyé un contingent de 2. 000 hommes au Mali au côté de la France.

 


"Nous avons déjà procédé au retrait du bataillon d’appui lourd qui a déjà quitté hier (samedi) Kidal pour rentrer au pays. Le reste des éléments, progressivement, vont rentrer au pays", a ajouté le président, sans donner de date précise.

 


"Si l’ONU en fait la demande, le Tchad mettra à disposition de l’ONU des soldats tchadiens" au Mali, a-t-il assuré.



Jeuneafrique.com

 

148 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article