08/07/2016: TCHAD/Municipalité: Les crocodiles du MPS s’égosillent de concurrence. L’exécutif du MPS fait trembler les conseillers municipaux. Selon nos correspondants, personne n’a pu faire exécuter la suspension du maire du 5e arrondissement de N’Djamena, Mahamat Saleh Moussa. Il serait reconduit à la tête de son arrondissement malgré des faits graves de corruptions avérés, de ventes de terrains aux particuliers, des terrains appartenant aux domaines de l’état. Un grand commerçant de la place dont nous tairons le nom a acheté une parcelle à 200 millions de FCFA. Mahamat Saleh Moussa serait d’après certaines sources le protégé de la belle mère nationale, et des ténors du MPS. Le clientélisme ambiant, Mr Zène Bada aurait exigé le retrait de candidature à un certain Abdelmane Youssouf, neveu de Mr Adago Yacouba, de ne pas se présenter aux élections municipales. À leurs yeux, selon la correspondance, il faudrait laisser le sieur Mahamat Saleh Moussa en place. Pourtant le président Idriss Déby claironne à longueur de journée jusqu’au jour d’el Eid sur la corruption de l’administration tchadienne. Alors, que deviendront les conseillers municipaux qui soutiennent Abdelmane Youssouf? Pourquoi, s’il n’y a pas d’intérêts quelconques les grosses pointures du MPS ferment la porte à ce monsieur? Avec tout ce que le 5ème arrondissement vient de subir au grand jour sur la place publique, quel crédit faut-il donner à ceux-là mêmes qui veulent encore gouverner le Tchad? Pourquoi limoge-t-on certains maires et on maintient d’autres qui ont similairement faits les mêmes fautes? Pour l’exemple et la crédibilité des fonctions au Tchad, Mahamat Saleh Moussa doit céder ses fonctions pour un autre maire honnête. Sinon, le dernier discours Déby sonne comme un désaveu… à suivre. 

256 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article