Union des groupements Agro Pastorales

De la Sous-préfecture de Ndjamena-Fara

 Tel +235 66251023/ +23592232331

 

                          N’Djamena-Fara le 16 Janvier 2014

  

 

 

A Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Agriculture et de l’Irrigation.

 

Excellence Monsieur le Ministre,

 

Nous avons appris qu’un projet d’aménagement de 10.000 hectares dénommé projet d’aménagement DJERMAYA serait en cours dans notre sous-préfecture englobant les villages de Ndjamena Fara, Ndjamena Algoz, Fahad, Al Amoud, Ardébé et Haraze.


Si cet aménagement aura lieu, l’impact sur la société humaine autochtone qui cultivent ces terres depuis des siècles et qui le détient selon le droit coutumier foncier , propriétaire de père en fils de ces champs agricoles comme la seule moyenne de subsistance, l’impact sur le l’environnement à travers la destruction des milliers d’arbres, l’impact sur la vie des éleveurs qui séjournaient et hivernaient de 06 a 08 mois sur cette zone qui leur offre des pâturages exceptionnels avec des troupeaux des camelins, bovins et petits ruminants sera très désastreux.


Monsieur le Ministre,


Nous sommes surpris du choix de cette zone pour la culture du riz, car le riz demandait plus d’argile et aussi des zones marécageuses alors que les zones argileuses et marécageuses ne représentaient même pas 30% de ce projet.


Où sont les techniciens et les études de faisabilité avant de démarrer ce projet d’envergure ? Où sont les animateurs sociaux pour accompagner la population et les sensibiliser dans ce genre de projet ? La seule réponse que nous on a trouver auprès des autorités représentants de l’État est les tons menaçants pour justifier que ce un projet présidentiel pour clouer la bouche aux populations et tous ceux qui demandait ce qui signifie le camp installer par SATOM,  les tracer des routes et aménagements des carrières par des engins de SATOM depuis déjà un mois on nous répondait que dans bientôt vos champs et terres seront les domaines publics de l’État et un décret est déjà en cours pour cela.


Ne sommes nous pas tous des Tchadiens, des patriotes pour demander ou avoir des informations sur ce qui ce passe dans nos champs et terres dont nous occupons depuis plusieurs centaines d’années et hérités de nos pères et qui est notre seul moyen de subsistance dans ce monde qui devient de plus en plus capitaliste?


Pourquoi investir des centaines des milliards de FCFA dans des terres qui à vrai dire n’est propices qu’a 30% pour la culture du riz ?


Pourquoi ne pas aménager notre ancienne rizerie qui est a l’abandon depuis plus de 08 ans sans qu’aucun projet de l’agriculture n’intervienne ?


Cet argent ne peut-il pas suffire à aménager des milliers d’autres hectares à travers la région de Hadjer Lamis ou le Tchad ?


La population locale qui n’a jamais su comment cultiver le riz peut-il s’adapter a la culture du riz.


Je vous prie d’agir excellence de sauver la destruction de cette zone, la transformation de cette zone, la survie des paysans dont cette terre est leurs mères nourricières, la protection de notre forêt et faune, la protection des pâturages pour les milliers des têtes des cheptels qui s’ajournaient et hivernaient dans cette zone de 06 a mois.


Je vous prie d’agréer, Excellence Monsieur le Ministre, l’expression de ma très haute considération.

 

 

 

ALLEOUI TERAP OUIDA

66251023/ 92232331

 

 

287 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article