14/01/2017: TCHAD/Opposition armée: L’opposition politico-militaire fait des sueurs froides à Idriss Déby. Pourtant de l’avis de tous les observateurs, Déby Itno est un fin stratège, il est le rempart désigné contre le terrorisme en Afrique, mais qu’est-ce qui l’inquiète à ce point, jusqu’à fermer la frontière avec la Libye et déclarer le nord du Tchad zone d’opération militaire? Trois signaux l’inquiètent au premier point ; la grogne sociale interne, la complicité de ses proches avec le groupe Tom & Timan Erdimi, et l’opposition politico-militaire tchadienne mieux armée depuis la Libye. En agitant l’aspect Daesh, Déby veut avoir la solidarité de l’opinion internationale et des Occidentaux, mais Daesh n’existe pas au nord du Tchad, ces terroristes n’existent même pas au sud de la Libye. Ils étaient à Syrte plus au nord de la Libye et ont été défaits. La stratégie d’envoyer l’aviation du général Haftar pour bombarder les rebelles tchadiens résulte d’une stratégie commune qui consisterait à faire éparpiller ces rebelles et les pousser vers le Tchad où Déby a envoyé une force militaire de plus de 1500 hommes avec 15 escadrons blindés. Les 800 hommes qui ont quitté Bardaï mercredi matin rejoignent ces mêmes forces à hauteur de Tanoa et Aouzou. Tout cela résulte des opérations militaires en vue, mais cette fois-ci, les choses ne seront plus de même. Déby a perdu de sa capacité financière à acheter les consciences et manipuler les communautés, le climat social ne l’aide pas non plus à cause d’une gestion calamiteuse du pays, et juste à côté de lui, la plupart de ses parents sont en intelligence avec l’opposition extérieure. Voilà la situation qui risquerait de lui faire mal et prendre un aspect de poudrière… Nous reviendrons. 

708 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article