Au Tchad le ridicule ne tue pas, tout marche à l’envers, même la démocratie est devenue le pouvoir de Deby, pour Deby et par Deby. Sinon comment comprendre un chef de parti sérieux accepte d’être nommé conseiller à la primature ou à la présidence.

 

Le cas le plus flagrant est celui de Hamit Mahamat Dahalob. Un chef de parti sa place est au parlement ou au gouvernement dans certains cas de mesure. Un parti se crée pour prendre un jour le pouvoir mais pas servir le pouvoir en place. Les Kassiré, Kebzabo, Lol, surtout Yorongar ont très vite compris leur rôle. Les premières cités ont certes travaillé avec le pouvoir mais conditionné par certains accords. Ils ont occupé de très hautes fonctions et en plus de leurs positions, ils ont enrichi le Curriculum Vitae de certains de leurs militants. Yorongar n’a jamais participé au Gouvernement, il n’assume que des fonctions électives.

 

Voila l’exemple d’un bon chef de parti. Je reviens à Monsieur Hamit Dahalob, est ce qu’il a l’intention de se présenter un jour aux élections présidentielles et législatives comme un candidat sérieux ?

 

       A-t-il pensé à l’avenir de son Parti, pour accepter le poste de conseiller ?

 

Ce n’est pas Hamit Dahalob qui est à la base de démission du Gouvernement de l’ex Président du MDST, NGarbaye Salomon Tombalbaye en 1998 ? Hamit a trahi le CPDC dont il est le membre fondateur. C’est grâce à la CPDC, qu’il est entré au gouvernement à travers l’accord du 13 Aout 2007. A l’époque, il était très respecté parce qu’on ne connaissait pas encore le contenu de sa tête. Il se rabaisse aujourd’hui, jusqu’ à être un simple conseiller à la primature au même rang mais pas avantage qu’un Secrétaire d’État. I ‘avenir politique de Hamit Dahalob est douteux.

 

Les partis de Hamit Dahalob et Brahim Koumallah sont des grands aux pieds d’argile, ils n’ont pas de fief et moins encore des militants, la preuve qu’ils ne se sont jamais tenter de se présenter aux élections législatives. Ils ne savent où se présenter.  

 

Dans ce cas de mesure, au lieu d’être un charognard en quête de poste de responsabilité, l’honnêteté intellectuelle nous impose à fondre le parti dans le MPS et devenir simple militant du parti au pouvoir. L’exemple à saluer est celui de Jacques Nadingar et Elie Rumba. D’autres peuvent le faire pour le compte des grands partis de l’opposition:  

 

UNDR ou FAR par exemple. Les partis de Kassiré et de Lol ont signé des accords en bonne et de la forme avec le MPS, c’est le MPS qui a négocié pour que cet accord soit effectif. En dehors de ces 2 grands partis, il faut ajouter aussi le parti de Padacke Albert, aile dissidente de Viva RNDP, parmi les partis qui peuvent se proclamer de la majorité. Par contre, les autres charognards n’ont pas leur place dans cette sphère. C’est des véritables poids mouches sur l’échiquier politique, ils n’ont rien à donner au MPS, c’est pourquoi le MPS n’a signé aucun papier pour justifier leurs appartenances à la majorité. Leurs présences à la CENI ne se justifient pas, puisqu’il faut être soit de l’opposition soit de la majorité soit de l’Association civile pour être présent à cette machine électorale. Or, ils sont ni dans l’un, ni dans l’autre. Nous ne seront pas surpris de voir un jour un chef de parti politique devenir Directeur de Cabinet du Président ou du Premier Ministre. Pour laver cet affront, Hamit Dahalob doit démissionner ou fondre le parti dans le MPS et doit demander pardon à tous ses militants à qui il a fait du mal en vendant leur parti et sa personnalité au MPS.  

 

Je pense en particulier à Asma Gassim ; Abderahim Zaid ; Djimtola Neli ; Djassibé et surtout les deux grands orateurs et animateurs du Parti : Messieurs Moussa Goudja Tchéré ex SG du Parti et Lakchabé Kaneuné Raymond actuel Directeur du Cabinet Adjoint à la Primature, grâce à eux le parti a connu son épopée de 2008 à 2011. Tous deux ont démissionné pour mauvais comportement de leur Président. Bonnes vacances mes amis.

 

 

Senoussi Abba DJallal

Ville : Maroua
Email : 
senoudjal@yahoo.fr

 

245 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article