05/08/2016: TCHAD/Opposition/FONAC: De sources bien renseignées, depuis la proclamation du FONAC, le régime dictatorial d’Idriss Déby tremble. Les moyens de débauchage ont été doublés pour casser la dynamique de l’opposition. Un moyen de pression fait par les émissaires de l’ombre, et l’ANS (police politique du MPS et Idriss Déby) pour dissuader les membres composant le FONAC de matérialiser ses objectifs (meeting & marche pacifique). Selon nos investigations, Ahamat Bachir, le crieur public des Itno aurait cyniquement approché un membre de la CPDC en ces termes “Est-ce que vous êtes associés au FONAC? “ Non lui répondit ce membre exécutif de la CPDC. Le reste les Tchadiens l’ont su par le communiqué polémique alors qu’en temps de combat, les camarades doivent se serrer les coudes. S’en suit le “ ni dedans, ni dehors “ de Brice Mbaïmon Guedmbaye président d’un parti à 1 député à l’Assemblée nationale. Brice fut assailli de coup de téléphone de 2 ténors du régime, Mangaral Banté et Djiddi Salay de l’ANS le lundi soir. Un rendez-vous fut pris pour un aparté, avec qui? La suite encore les sympathisants de l’opposition l’ont appris par voix de presse, que Brice mettait un bémol à sa participation au sein du FONAC dont il est le rapporteur. Joint au téléphone, un membre exécutif du FONAC exclu le départ du groupe des membres fondateurs du FONAC, Brice ne démissionne pas, mais observe une réflexion de recul, et Gali Gata Ngotté toujours à paris n’a pas pris une décision officielle. Kebzabo, Alhabo, Laokein, et Dadnadji forment la colonne vertébrale du FONAC. Le régime MPS a joué sa 1ère partition, et continuera à vouloir déséquilibrer et discréditer toute opposition face à lui. Deby le sait, les Tchadiens unis le feront partir, c’est leur dispersion qui constitue sa longévité. C’est le moment de se lever, de serrer la ceinture et de montrer au monde entier que les Tchadiens aspirent à la démocratie et ses valeurs. Le pouvoir MPS d’Idriss Déby ne changera pas, son ministre crieur public, Ahamat Bachir alias Vuvuzela, a pondu un communiqué de presse sans répondre à la demande de marcher et du meeting de l’opposition. Il ne répond pas à ceux qui ont formulé le désir de faire une marche pacifique et de tenir un meeting, mais il répond par point de presse pour dire que rien ne sera autorisé, et que la police, la gendarmerie, et la garde nationale seront utilisées contre le peuple, et cela même si le droit à manifester est inscrit dans la constitution. Drôle de manière pour ceux qui se disent démocrates. Mais, le peuple triomphera toujours, et les témoins de l’histoire seront connus. Pour l’opposition, le défi est là, les sacrifices avec… 

174 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article