07/08/2016: TCHAD/Opposition/FONAC: Point sur la situation en fin de soirée. Si dans la matinée le 5e arrondissement de la capitale était en ébullition, la soirée fut calme, partagé entre les réunions des leaders de l’opposition et les mots d’ordre à donner pour la journée de la marche pacifique de ce dimanche. L’urgence et l’alarme étaient dans la capitale de l’Est. À Abéché, selon un leader de l’opposition, les sympathisants du PLD, Cap-Sur et UNDR se sont réunis pour un meeting dans une concession. La police a encerclé cette concession et bombardé ces militants à coup de gaz lacrymogène. Ce fait est un crime, on ne lance pas du gaz dans une concession fermée, car, cela pourrait causer des graves dommages. D’ailleurs le nombre des blessés à Abéché et plus important que celui de N’Djamena, sans compter le nombre croissant des militants arrêtés et non libérés même tard dans la soirée. Revenons à N’Djamena, même si la sortie de ce matin des leaders de l’opposition est perçue comme une victoire face aux injonctions du crieur public, le ministre de la Sécurité Ahamat Bachir, plusieurs observateurs affirment que c’est encore une occasion ratée pour l’opposition et la société civile de saisir l’opportunité de faiblir le pouvoir MPS. La société civile a été solidaire à travers ses communiqués, et les villes du sud, bastions de l’opposition sont restées muettes. Laokein Médard devrait secouer le cocotier pour que le ton soit sublime. Mais rien, reste la marche de ce dimanche qui semble hypothétique même si la volonté de l’opposition à marcher demeure. Ahamat Bachir, Vuvuzela crieur public a perçu la sortie de l’opposition d’aujourd’hui comme un affront, il voudra se rattraper demain vis-à-vis de son patron (Déby). Selon nos sources, la police, la gendarmerie, la garde nationale et les bérets rouges de l’armée ont été associés pour muscler les conditions de vie de la population. Dès ce soir, les fouilles sur les carrefours et certains domiciles se font intensément. Raison indiquée, la sécurité des invités et convives pour l’investiture, mais les Tchadiens ne sont pas dupes… Demain, sans nul doute, ces forces indiquées bloqueront les axes et l’itinéraire de la manifestation afin de bloquer les allées et venues des militants et la population. Une chose est sûre, le régime ne pourra tirer pour faire des morts, par peur de gâcher la fête du hold-up électoral. À l’opposition de ruser et de réfléchir sur des plans B et C, aux risques d’assumer un échec à leurs cœurs défendant.

 

160 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article