06/08/2016: TCHAD/Quand les audits d’Idriss Déby épargnent son beau frère: (voir et lire le document accablant en bas de page). Dans les travées de la campagne présidentielle, tous les Tchadiens ont entendu et attendent les promesses sur l’audit de ces 5 dernières années. Les années d’avant ces 5 dernières années ne comptent pas. Dans son salon, recevant ses invités, Déby s’esclaffe, où est parti tout cet argent? Le Tchad a reçu beaucoup d’argent et pourtant nous vivons des moments difficiles? Ironie ou irresponsabilité, Déby prend les Tchadiens pour des kleenex. Ce soir-là, au moment du thé servi par dame Hinda en personne, son invité (la rédaction taira le nom) lui répond, “ mais Mr le président, prenez votre voiture le soir et faites un petit tour dans certains quartiers, vous verrez où est parti l’argent du Tchad. De mon temps à maintenant, je n’ai que mes maisons 2 maisons construites en 1977 et 1986. Aujourd’hui vous avez des jeunes d’à peine 22 ans qui ont 2, 3, 4, 5 villas dont la valeur est de 250 à 400 millions la villa. Faites la comparaison de leurs salaires et leurs biens, Mr le président “. Silence de cathédrale… Puis d’autres sujets furent abordés. À sa sortie, son invité lâche tout de go, le président veut me sonder, mais il ne fera rien, même constat de son autre cousin germain traficoteur des votes. À l’heure où nous mettons cette info en ligne, nous avons choisi de remonter le temps, et de mettre à l’analyse des lecteurs un document qui incrimine un des petits frères de la 1ère dame, le nommé Abderahim Mahamat Acyl, indexé en 2010 par l’inspection générale de manière formelle, mais aucune justice n’a pu traduire les décisions dans les faits. Pourtant la 1ère dame s’illustre de leçons de morale dans ses discours. Qui envoie-t-on en prison ? Il n’y a que les menus fretins, les autres tchadiens qui n’ont pas la même couleur et les mêmes timbres qu’eux. De quel audit promet Idriss Déby quand de tels exemples souillent nos pensées? Dans tous les cas, l’on se demande pourquoi a ce jour la justice n’a pas encore condamné Abderahim Mahamat Acyl dit Abba? Comme vous devez le constater depuis le 21 septembre 2010, le directeur de la planification et de l’administration du ministère de l’Éducation nationale avait saisi le procureur général près la cour d’appel de N’Djamena pour détournement d’une somme de 700 millions de FCFA, correspondants aux primes des examens et concours de l’année 2010. Le procureur général avait pourtant instruit son premier adjoint pour suite à donner. Curieusement la justice n’a jamais pu statuer sur cette affaire. À cette allure, doit-on donner un crédit à Déby, quand il parle d’audit? Jugez-en vous même, la preuve par l’image de ce document. 

 

159 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article