Cela fait une décennie que N’Djamena s’immisce dans les affaires intérieures centrafricaines, rappelle l’ex-ministre des affaires étrangères et membre de l’opposition extérieure, Acheikh Ibn Oumar. Mais ce rêve d’hégémonie, qui joue de l’imbroglio sous régional et a conduit à des interventions étrangères aux missions ambiguës, risque d’embraser toute la zone. Et finir par déstabiliser le régime lui-même.




 

140 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article