Depuis le kidnapping du Président Hissein HABRÉ par les autorités sénégalaises, les pièces du complot sont rassemblées ou fabriquées pour que la pièce de théâtre puisse être jouée à Dakar et ce, afin que le pouvoir de Macky SALL en tire pleinement profit sur le plan national d’abord, en organisant une diversion politique pour masquer son immobilisme, sa léthargie et son pilotage à vue. Mais aussi, sur le plan international, ensuite où c’est la bousculade pour savoir qui va le plus tirer profit de l’emprisonnement du Président Hissein HABRÉ.

Au gros seigneur, les grands honneurs, Macky SALL fut invité à la CPI pour y prononcer un discours. Ensuite, la PM Aminata Touré ne voulut pas rester en rade ; célèbre inconnue sur l’échiquier politique sénégalais et sans aucune base politique, comment pouvait-elle se positionner parmi quelques autres prétendants, et justifier ses ambitions pour grimper vite au sommet ?

Rien ! Absolument rien ne pouvait le lui permettre, aussi s’empara-t-elle de l’affaire HABRÉ. Elle en fit une rampe de lancement médiatique et politique pour sa carrière. Multipliant les engagements auprès des français, belges et les ONG ainsi que les déclarations à la presse nationale et internationale sur l’affaire HABRE, la liquidation du président Hissein HABRÉ était son challenge, son enlèvement, son trophée qui lui permettait ainsi de monter les marches du podium vers la primature.

Affichant avec détermination son hostilité mais aussi sa volonté à mener jusqu’au bout l’opération de liquidation du Président Hissein HABRÉ. Elle était "la cale" qui empêcherait le pouvoir de reculer, comme elle l’affirma, à plusieurs reprises, aux autres acteurs du complot.

Son hostilité affichée, revendiquée sur tous les fronts, elle n’eut de cesse de brûler les étapes, foulant au pied le Droit, dopée par sa position de force au sommet de l’Etat, par sa proximité avec Macky SALL mais aussi et surtout par la carte blanche à elle donnée par Macky SALL pour mener à terme la liquidation du Président HABRE.

Une fois l’Acte 1 du complot bouclé, Aminata Touré n’a pas tardé à réclamer sa récompense pour avoir défoncé toutes les portes pour mettre la main sur le Président Hissein HABRÉ. Elle s’engagea auprès des autres acteurs du complot à continuer à assurer la conduite de l’affaire HABRÉ, du haut de sa station primatoriale. Mais où trouver son clone ?

Où trouver un homme aussi déterminé qu’elle, sans scrupules, pour agir et exécuter ses ordres ? Elle s’opposa à plusieurs propositions et trouva  son clone dans l’hexagone et dans le camp des ennemis du Président HABRE. Le clone Sidiki  KABA s’engagea à assurer avec zèle, dérives et excès le boulot. Ce ne fut guère difficile vu son CV.

Rappelons qu’il fait partie de cette bande qui a monnayé son engagement dans l’affaire HABRÉ, les ONG françaises avaient besoin de sous-traitants locaux, plus précisément et certainement plus justement de nègres de services, selon l’expression favorite du Professeur Sangaré. Sidiki Kaba fut nommé Président de la FIDH au congrès de Marrakech. Or à ce congrès, précisément, il avait été question que désormais le Président de la FIDH serait élu par l’ensemble des associations des droits de l’homme affiliées à la FIDH. Patrick Baudoin, Président sortant a dû expliquer qu’on devait surseoir à cette élection car les impératifs stratégiques liés au lancement des poursuites contre Hissein Habré, commandaient qu’un sénégalais (Sidiki Kaba, Président de l’ONDH) soit désigné à la FIDH. C’est ainsi qu’il prit fonction, fit un mandat de 3 ans, puis un autre car l’affaire HABRE n’était toujours pas terminée. Aux termes de ses deux mandats, il fut nommé Président d’honneur de la FIDH en charge toujours de l’affaire HABRE, puis aujourd’hui ministre de la justice. Il a ainsi donc abandonné pendant plus de 13 ans son cabinet d’avocat pour ne vivre que de l’affaire Hissein HABRÉ. Exactement à l’image de cette autre clone, Alioune Tine qui, lui aussi, resta à la Raddho pendant toute la durée de l’affaire HABRÉ, monnayant avec l’ambassade de France des cartes de séjour pour tous ses enfants, un budget conséquent et de ce fait, abandonna son métier de professeurs de Lettres à l’université pour ne vivre que de l’affaire HABRÉ et ce jusqu’au kidnapping du Président Hissein HABRÉ. Il accepta enfin de céder la place à un autre et se planqua ailleurs.

Aujourd’hui plus que jamais, Sidiki Kaba est déterminé à en tirer encore plus  profit, se positionnant pour s’assurer un point de chute dans l’avenir, se voyant à un poste aux Nations Unies à titre de récompense grâce encore une fois à l’affaire HABRÉ. N’oublions pas l’aspect financier du procès qui fait saliver tout le monde à Dakar, la gestion des fonds du procès et la mafia qui s’est installée pour en profiter allègrement. (Nous y reviendrons dans un dossier spécial).

Après la visite des juges des Chambres Africaines à Ndjaména, une réunion avec les bailleurs de fonds et autres se tint à Dakar. La position centrale adoptée est la suivante : "Il est impensable que Hissein HABRÉ soit jugé seul à Dakar, personne ne nous prendra au sérieux, donc il est important que les responsables des services de sécurité, DDS et autres soient extradés à DAKAR.".

C’est la position des français, de Reed BRODY qui a déclaré lors de son interview sur la télévision privée sénégalaise TFM : « Il faut que de nombreux responsables soient livrés à Dakar pour que ce procès ait lieu. ».

Approché sur cette question, le ministre tchadien de la Justice PADARE avait préparé avec la bande de Jacqueline MOUDEINA, la liste des différents responsables de la DDS et autres services de sécurité de 1982 à 1990, il remit cette liste aux autorités sénégalaises et aux juges des CAE.

Comme vous pouvez en faire la constatation, cette liste a été expurgée de plusieurs noms. D’abord, aucun Sudiste n’y figure et pourtant nombre d’entre eux étaient dans les services de sécurité, DDS, etc. On peut aussi souligner que, par exemple, Bandoum BANDJIM (Sudiste), le fameux réfugié politique en France qui aurait travaillé à la DDS selon ses déclarations, a obtenu de REED BRODY, une assurance zéro-poursuite, en échange de mensonges à débiter sur le régime Habré. Ainsi donc, ce ne sont pas les juges qui décident qui a fait quoi, en tenant compte de la gravité ou non des accusations qui pèsent sur une personne. Mais, bel et bien Reed Brody qui a besoin que son montage ait l’apparence d’une belle pièce de théâtre, qui décide ce qu’il faut faire, qui il faut laisser tranquille, qui il faut utiliser, qui il faut livrer à Dakar.

Elle est vraiment belle, la justice made in Africa.

Quand aux juges des CAE, ils s’en foutent royalement et cherchent à s’en mettre plein les poches et à peaufiner leur CV auprès des bailleurs de fonds pour trouver des planques juteuses, une fois le Président Habré et ceux que le régime de Deby aura pris et livrés, condamnés, donc c’est sans états d’âme qu’ils collaborent en bande organisée. L’histoire du Tchad, ce n’est pas leur problème, ce ne sont pas des juges, ce sont des fonctionnaires en service commandé et largement payé. Cette affaire de procès est l’affaire de leur vie.

Comment accepter cette discrimination, ce tri sélectif entre ceux qui ont hier brulé ce pays, du Nord au Sud, ont fait exécuté les combattants des FAN d’Hissein HABRÉ, ont massacré et fait disparaître des milliers de personnes au Sud du Tchad, comment accepter que ceux qui ont vendu leur âme et la vie des tchadiens aux troupes de Kadhafi, ceux qui ont applaudi les bombardiers Tupolev 22 de Kadhafi larguant leurs bombes sur les habitants de la capitale Ndjaména et dans tout le nord du pays, ceux qui ont cautionné et organisé la destruction du Tchad et son pillage par les forces d’occupation, comment accepter qu’ils soient laissés de coté tout simplement parce que cela arrange certains mercenaires ?

Jamais nous ne l’accepterons.

Le ministre PADARE a affirmé lors de la réunion des bailleurs de fonds qu’Idriss DEBY demande un délai de deux mois pour voir comment mettre à la disposition du Sénégal les personnes demandées.

ZoomTchad vous livre la liste du convoi du voyage "aller sans retour" vers Dakarnamo.

Comme chacun pourra le constater l’ensemble des responsables des services de sécurité DDS et autres du régime Habré n’ont jamais quitté leurs fonctions et travaillent normalement pour le régime DEBY, beaucoup ont été promus après 23 ans de service. On pourra mettre le doigt sur la manipulation de l’opinion internationale par la bande des ONG et leur gourou Reed Brody, ou plus tôt sur leur machine à désinformer. Soulignons que cette liste a été dressée par leurs soins pour les juges des CAE. Autrement dit, ce n’est qu’aujourd’hui que le voile est levé sur ce qu’ils ont soigneusement caché à l’opinion internationale et sénégalaise.

Le 25 Novembre 2013, le Général Américain David RODRIGUEZ, Commandant en chef de l’USAFRICOM est au Tchad, il faisait une tournée dans la sous région. Et ironie du sort, et cela ne s’invente pas, qui était chargé de sa sécurité ? Et bien c’était Mahamat Wakaye, celui que le grand manitou Reed Brody n’a pas arrêté d’accuser d’être à l’origine du lancement de la grenade lacrymogène lors des manifestations dénonçant les fraudes électorales contre le régime DEBY, laquelle grenade lacrymogène lancée par un policier, blessa plusieurs personnes dont Jacqueline Moudeina. Reed Brody sauta sur l’occasion et mobilisa les ONG pour porter plainte contre M. WAKAYE et bien sur malgré le fait que la manifestation ne concernait que le régime DEBY, le seul fait que M Wakaye était un ancien responsable du régime Habré était suffisant pour l’exploiter en parlant de volonté de se débarrasser de Mme Moudeina. Devant les tribunaux au Tchad, la preuve fut apportée que les responsables sur le terrain, ceux qui contrôlaient la manifestation étaient des parents proches de DEBY. Ce jour-là, M. Wakaye n’était pas sur le terrain. Mais la fable continua encore et encore, nous attendons la partition USAFRICOM de HRW, spécialiste de la politique des deux poids deux mesures.

Peut-il y avoir un procès Habré au Sénégal sans l’ensemble des fonctionnaires des services de sécurité ? Les ONG ont proposé aux juges des CAE de les tromper en leur faisant croire qu’ils seront des témoins. Qui Idriss DEBY va t- il sacrifier ?

 

Liste du convoi du voyage "aller sans retour" vers Dakarnamo

Identité

Responsabilité sous le régime d’Hissein Habré

Responsabilité actuelle sous le régime d’Idriss Deby

Ali Noukouri

Chef de service de la sécurité intérieure de la DDS.

Commandant principal de police,ex Commissaire central de la ville de Bongor.

Darkou Ahmat Kalbassou

Chef adjoint du service de la sécurité intérieure.

Travaille au ministère de la Défense pour le compte de l’Agence Nationale de Sécurité (ANS).

Zakaria Monone

Chef du service 
«Sources ouvertes» de la DDS.

Chef d’une antenne de l’Agence Nationale de Sécurité (ANS).

Mahamat Djoung Djoung

Chef de la sécurité  à Mongo puis à Léré, chef adjoint du service de recherches de la DDS.

Chef d’antenne et coordinateur de l’Agence Nationale de Sécurité (ANS) à Moundou et Doba.

Commandant Abdallah Wagadé

Officier de sécurité à la DDS, chef adjoint du service exploitation.

Directeur de contrôle de l’armée, chef de division au contrôle général de l’armée.

Mahamat M’Bodou

Chef du bureau renseignements de la BSIR, collaborateur au service de contre-espionnage, détaché à la DDS, chef adjoint.

Travaille au contrôle général des armées.

Sabré Ribe

Chef du Secrétariat de la BSIR, chef du Service exploitation, chef sécurité fluviale DDS.

Directeur adjoint du bureau de l’emploi de la gendarmerie nationale.

Mahadjoub Djouma

Agent à la sécurité fluviale de la DDS, membre de la commission de sécurité intérieure et extérieure.

Chef de service àN’Djamena à l’Agence Nationale de Sécurité (ANS).

Ahmat Abakar Chemi

Chef adjoint du service sécurité à Moundou.

Travaille au ministère del’administration du territoire, ex chef de service de la sécurité à la

Présidence.

Djaffi Assali

Chef adjoint du service liaison et surveillance de la ville de N’Djamena.

Directeur du service spécialisé de la gendarmerie nationale.

Ahmat Dari

Commissaire DDS Responsable secteur.

Directeur adjoint de laProtection Sécurité et Défense (DPSD) au Ministère de la Défense.

Mahamat Seid (Ali Yeg)

Chef de liaison et surveillance pour le secteur autonome de Walia-Ngueli-Ngoumb, Officier à la sécurité fluviale, Agent de la BSIR de la DDS.

Responsable à la Police Nationale, Service des Renseignements Généraux.

Issa Idriss

Agent de la BSIR.

Commissaire divisionnaire,Délégué Régional de police au Lac et à Bol.

Abdelaziz Philippe

Sous-officier à la BSIR

Régisseur de la maisond’arrêt de Moundou.

Fatimé Suzanne

Directrice adjoint de l’animation « Groupe choc » UNIR.

Sous-préfet de Koundoul. Ex-chef du 5ième arrondissement de N’Djamena.

 

Gamar Daouro

Ancien chef adjoint du service de Contre-Espionnagede la DDS

Chef de service exploitation des Etrangers de la Police nationale.

Saleh Younouss

Directeur de la DDS

Ex Directeur Général adjoint des Postes et Télécommunication.

 

Ahmat Allatchi

Directeur de la DDS

Commissaire Divisionnaire de Police, Chef de Surveillance du Territoire du Chari/Baguirmi, Délégué Régional de la  Police Nationale à  Batha.

Toké Dadi

Directeur adjoint de la DDS

Service de renseignements militaires

Chah Allanga

Commandant de la  BSIR

Commandant d’un groupement de Gendarmerie nationale.

Oumar Souny

Commandant de la  BSIR

Officier Assimilé dans l’Armée Nationale du Tchad, chargé de missions à la Présidence.

Abderamane Yomdi Djarsia

Chef du Service Fichier et Chef du service Effectifs à  la BSIR.

Direction du Génie Militaire et de l’Incendie, Armée Nationale Tchadienne.

Mahamat Djibrine, dit «  EI-Djonto »

Chef du service Contre-Espionnage, et Coordonnateur de la documentation de la DDS.

Chef de Cabinet du Directeur Général de la Police Nationale (rappelé janvier 2005 de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire ONUCI)

Djadda El-Hadj Mallah

Responsable du service de Recherches et Chef du service Mission de la DDS.

Direction Protocole du Ministère des Affaires Étrangères et de l’Intégration Africaine; ex-Chef de service au salon d’honneur de l’Aéroport international deN’Djaména; ex-Sous-Directeur de la Zone Asie-Océanie au Ministère des AffairesÉtrangères.

Abbas Abougrene

Chef de service de la Sécurité fluviale de la DDS

Chef de service de Contre-Espionnage de l’ANS.

Adoum Mahamat Moussa

Chef du service Contre-Espionnage de la DDS

Chef de service adjoint de l’ANS pour la ville de N’Djaména

Hissène Chahadé

Chef du Service Exploitation de la DDS

Commandant, en service  à la Direction du Personnel de la Direction Générale de la Garde Nationale; ex-Commandant adjoint de la Gendarmerie du Chari-Baguirmi.

Abdelkader Hassan, dit « Rangers»

Chef du Service Exploitation étrangers de la DDS

 

Officier de liaison, au Ministère de la Sécurité Publique et Immigration; ex Service de Législation au Ministère de la Sécurité publique et immigration; ex-Chef deSécurité du Premier Ministre; ex-Attaché de Sécurité du Ministre de la Sécurité Publique.

Khalil Djibrine

Chef du Service liaison militaire et extérieur de la DDS.

Préfet du Lac; ex Sous-Directeur des Finances  à la Manufacture

D’Équipements Militaires (MANEM)

Moussa Outman

Chef du service Secrétariat de la DDS et Chef du service de la Sécurité intérieure de la DDS.

Chef de Personnel à la Direction de Renseignements Généraux; ex-Préfet deTandjilé Ouest.

Warou Ali  Fodou

Chef de la Sécurité Fluviale de la DDS

Travaille à la Direction de la Sécurité Publique

Chérif HalikiHaggar

Chef du service de Sécurité de l’aéroport de N’Djaména

Commandant Principal de Police ; ex-Sous-Préfet de Nokou

Darkou Ahmat Kalbassou

Chef Adjoint du service de la Sécurité Intérieure de la DDS

Officier  en activité à l’ANS

GamarDaouro

Chef Adjoint du service de Contre-Espionnage de la DDS

Chef de service d’Exploitation des étrangers de la Police Nationale

Issa

Agent de la BSIR

Commissaire Divisionnaire, Délégué Régional de la Police du Lac à Bol

Brahim Djidda

Directeur de la Sûreté Nationale

Contrôleur Général de Police; ex-Secrétaire Général adjoint du Ministère de la Sécurité Publique et de l’Immigration (décédé)

Mahamat Wakaye

Directeur adjoint de la Sûreté Nationale

Directeur de la Police Judiciaire; ex-Contrôleur Général de Police; ex-Commissaire Central pour la ville de N’Djaména

Touka Haliki

Directeur général de la Police judiciaire et Responsable du service des Renseignements généraux.

 

Inspecteur Général de la Police Nationale; ex-Commissaire Central pour la ville de Moundou.

Guihini Korei

Directeur de la DDS

Livré récemment par le Benin à DEBY.

Abakar Torbo

Ancien directeur du service pénitencier.

 

En exil

Zakaria Berdei

Ancien conseiller spécial à la sécurité de la présidence, Préfet de la ville de Moundou

Conseiller spécial de Deby

Djimet Togou

Ministre de l’Intérieur

Conseiller spécial de Deby

Mahamat Orozi

Chef escadron de l’armée de l’air

Gouverneur de la ville d’Abéché, ex Chef d’état-major particulier de Deby

 

Sélection ethnique de Padaré et Cie : ceux qu’on veut protéger

Liste des responsables Sudistes

Identité

Responsabilité sous le régime d’Hissein Habré

Responsabilité actuelle sous le régime d’Idriss Deby

 

 

 

M’Baikoubou Laoutaye Nestor

Directeur intérim de la DDS

Préfet de Monts de Lam; ex-Directeur adjoint de la Garde Nomade Nationale.

Nodjigoto Haunan

Directeur de la Sûreté Nationale

Colonel et Coordinateur National adjoint de la Zone Pétrolière; ex-Conseillerà la Sécurité du Premier Ministre.

Tolba

Chef de poste aux «  Locaux »,  un des centres de détention de la BSIR.

Régisseur de la Maison d’Arrêt à  N’Djaména; ex-Chef de Sécurité du Palais de Justice.

M’Bang Elinan Jeremie

Chef du service Formation et Recrutement de la DDS

Coordinateur de l’ANS à N’Djaména

YaIdé Samuel

Chef du service Formation et Recrutement puis Chef du service Exploitation de la DDS.

Chef de Sécurité de l’Agence de Sécurité pour la Navigation Aérienne(ASECNA) de l’aéroport international de N’Djaména; 
ex-Agent de la Gendarmerie Nationale affecté à l’Agence Nationale de Sécurité.

Nodjinan Jérôme

Officier assimilé à la BSIR, chef adjointService Recherches et officier sécurité à la DDS.

Commandant adjoint du Corps Urbain à Moundou, ex délégué régional de la police à Bol.

Ngartorangal Ngaïdet

Directeur adjoint service des renseignementsGénéraux de la Police Nationale.

Premier conseiller  du Ministre de la Sécurité Publique, ancien directeur de la SûretéNationale.

 

Liste des responsables Zaghawas

Identité

Responsabilité sous le régime d’Hissein Habré

Responsabilité actuelle sous le régime d’Idriss Deby

 

 

 

Charfaddine Morno

Chef d’antenne de la DDS à Massakory

Chef de Service logistique de l’ANS

Bokhit Zakaria

Responsable écoute et courrier à la DDS

Responsable des écoutes et traduction,Service des étrangers, Renseignements Généraux

Tahir Mahamat Tirgo

Chef de bureau DDS à Sahr

Chargé des affaires militaires Ambassade du Tchad au Soudan

Alio Younous Bardi

Officier de Police, chargé de la Sécurité au Ministère de l’Intérieur

Commissaire de Police en poste à l’aéroport de Ndjaména

Chérif Ahmat Djerou

Officier de liaison à Mongo

Officier, chargé des arrestations à l’ANS

Issakha Hamit Daoussa

Commissaire de Police à Moundou

Chef du cortège police à la Présidence de la République

Brahim Fadoul Haggar

Chef du Service liaison militaire à Biltine

Coordonnateur de l’armée nationale.

Bahr Mahamat Téréa

Commandant,  Commissaire de Police à Guélendeng

Officier ANS Abéché

 

La Rédaction de ZoomTchad

http://www.zoomtchad.com
Email : courrier@zoomtchad.com

 

268 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article