(Voir document exclusif en PDF). Voici maintenant deux ans que le Président Hissein Habré est incarcéré, inculpé à Dakar devant les Chambres Africaines Extraordinaires, deux ans que l’accusation, et même le Pouvoir sénégalais, se sont employés à salir son honneur en violant le secret de l’instruction en cours et la présomption d’innocence. 

Voici des années que le Président est au coeur d’une guerre médiatique le présentant comme le « bourreau du Peuple Tchadien », guerre qui se poursuit aujourd’hui, largement inspirée par les commanditaires et les Chambres Africaines, et qui s’est substituée au travail de justice, dont les contours, les modalités, tels que mis en oeuvre par les Chambres africaines, ne peuvent qu’inspirer un parfait dégoût de cette nouvelle gouvernance judiciaire sénégalaise préconisée par le Président Macky Sall ; comme de cette prétendue justice africaine qui aurait justifié les poursuites contre le Président Hissein Habré et qui, dans son fonctionnement ne déroge pas au processus de corruption des valeurs, généralisé, gangrenant la politique, l’économie et l’Etat de droit sur le Continent.

La légalité des Chambres africaines, leur légitimité, les procédures mises en oeuvre sont en cause ; le droit à un procès équitable est en jeu. Aujourd’hui, comme cet ouvrage le démontre, la condamnation du Président Hissein Habré est acquise, on peut presque dire « achetée » tant  est forte l’implication financière et diplomatique du Président Idriss Deby et des puissances occidentales. Le Président Hissein Habré, sa défense conduisent depuis son arrestation ce que d’autres ont appelé une « défense de rupture », estimant qu’il ne leur était réservé d’autres droits, en participant à la procédure, que celui de signer l’arrêt de sa condamnation… Cliquer pour voir le document complet.

 

123 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article