Deux jours après l’inculpation de Habré par le juge d’instruction des Chambres africaines extraordinaires pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et tortures, ses avocats ont fait savoir, hier, à la presse qu’ils comptent boycotter le procès de leur client. En outre, ils ont indexé l’actuel Président du Tchad, Idriss Déby, accusé d’avoir versé 2 milliards FCFA pour faire arrêter Hissène Habré.

L’ex-Président tchadien, Hissène Habré, avait annoncé la couleur lors de son face-à-face avec le juge d’instruction, en refusant de répondre aux questions. Mieux, Habré a demandé au juge d’aller poser ces mêmes questions à son ancien conseiller en charge de la sécurité, l’ex-commandant Idriss Déby qui contrôlait, à l’époque, la police, la gendarmerie et l’armée, pour avoir plus de renseignements sur les cas de tortures et d’assassinats.

Ce mercredi, en conférence de presse, Me El Hadji Diouf, un des avocats de Habré, a fait savoir que son client et lui boycottaient le procès qui devrait se tenir à Dakar dans les prochains mois sur les crimes de guerres et assassinats commis au Tchad pendant le règne de Habré.

« L’Union africaine, comme l’a dit la Cour de la CEDEAO, n’est pas une institution judicaire, c’est une organisation politique. Elle ne peut donc pas donner un ordre au Sénégal pour organiser un procès. Le constat est là, tous les juges qui siègent dans cette juridiction sont des Sénégalais, les autres pays ayant compris que c’est un procès de règlement de comptes politiques. C’est pour cela que nous avons jugé nécessaire de boycotter ce procès pour sauver le Sénégal et l’Afrique de cette honte », a-t-il fait savoir.

En outre, il dit déplorer le comportement du Procureur général, Mbacké Fall, qui serait manipulé par le Président Idriss Déby à coup de deux milliards FCFA. « Tout est parti du dernier voyage du Procureur Mbacké Fall et ses substituts à Ndjamena où ils ont rencontré le Président Idriss Déby et les membres de son gouvernement. C’est pendant ces audiences que tout a été ficelé pour arrêter Habré, une fois à Dakar. En retour, Idriss Déby a versé deux milliards FCFA pour assurer leurs voyages, frais d’hôtels et frais de mission, pendant tout le procès.

C’est pour cela que Macky Sall cautionne ce procès politique et illégal. Le Procureur Mbacké Fall n’a fait que violer les secrets de l’enquête, en même temps dénoncer, accuser et accabler M. Habré », dira Me Diouf. A propos des documents d’enquêtes remis par le gouvernement tchadien au Procureur, Me François Serres dira que « ce sont des ministres et des officiers de l’armée tchadienne qui les ont confectionnés, inventant toutes sortes de crimes ».

Selon lui toujours, ce rapport, fait de manière partisane, aurait poussé, récemment, au limogeage du Procureur général de Ndjamena et à la démission d’un député tchadien. « Ils s’étaient offusqués de n’avoir été ni associés encore moins consultés par le Procureur Mbacké Fall, durant son séjour au Tchad », a révélé Me Serres.

par Khalil Dieme

Source: afrik.com 
311 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article