Réfugié au Sénégal depuis 2005, le journaliste et bloggeur tchadien Makaïla Nguebla a été arrêté. Préoccupés, la Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme (LSDH), Amnesty International Sénégal et la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) ont donné l’alerte et exigé sa libération immédiate et sans conditions, dans un communiqué qui nous est parvenu.

Makaila-Nguebla--journaliste-et-bloggeur-tchadien--refugi

Les organisations des droits humains pour qui, «cette arrestation, qui est liée à ses activités de journaliste et de bloggeur constitue une atteinte grave à son droit à la liberté d’opinion et d’expression», constatent «avec regret la volonté du gouvernement du Sénégal de museler et de réduire au silence les refugiés et demandeurs d’asile dès lors qu’ils émettent des opinions critiques à l’encontre des gouvernants de leur pays d’origine».

Avant d’asséner qu’ «après Koukoye Samba SANYANG, expulsé au Mali, Makaïla Nguebla risque d’être la prochaine cible des autorités».

«Une attitude contraire à la tradition de terre d’asile du Sénégal et une atteinte inacceptable aux droits fondamentaux des refugiés et demandeurs d’asile», ont déploré Amnesty International Sénégal, LSDH, Amnesty International Sénégal et RADDHO dont Makaïla Nguebla est membre actif.

Dié BA

Source: pressafrik.com

 

 


Communiqué de presse conjoint: Arrestation et crainte pour l’expulsion du journaliste et blogueur tchadien Makaïla Nguebla


COMMUNIQUE DE PRESSE
 
La Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme (LSDH), Amnesty International Sénégal et la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) sont vivement préoccupées par l’arrestation ce jour du journaliste et bloggeur tchadien Makaïla Nguebla qui vit au Sénégal depuis 2005. Makaila Nguebla est en outre un défenseur des droits humains, membre actif de la RADDHO. 
Cette arrestation, qui est liée à ses activités de journaliste et de bloggeur constitue une atteinte grave à son droit à la liberté d’opinion et d’expression. 
  
Nos organisations exigent sa libération immédiate et sans conditions. 
  
Elles constatent avec regret la volonté du gouvernement du Sénégal de museler et de réduire au silence les refugiés et demandeurs d’asile dès lors qu’ils émettent des opinions critiques à l’encontre des gouvernants de leur pays d’origine. Après Koukoye Samba SANYANG, expulsé au Mali, Makaïla Nguebla risque d’être la prochaine cible des autorités. 
  
Cette attitude est contraire à la tradition de terre d’asile du Sénégal et constitue une atteinte inacceptable aux droits fondamentaux des refugiés et demandeurs d’asile. 

  
La LSDH : Me Assane Dioma NDIAYE 
  
Amnesty International Sénégal : Seydi GASSAMA 

Raddho : Fatou Kama  

117 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article