Vingt ans après la chute de l’ex-président Hissène Habré, les présumées victimes de son régime peuvent enfin espérer obtenir réparation des violences subies sous l’ancien régime si les responsabilités s’en trouvent établies. En effet, après des années marquées par de nombreuses péripéties politico-judiciaires, un tribunal spécial a été mis en place au Sénégal la semaine dernière dont les chambres africaines. Dans cette affaire, plusieurs esprits plus que passionnés oublient aussi que jusqu’à preuve du contraire, l’ex-président est présumé innocent. La cabale exercée par les ONG de façon unidirectionnelle ne trouve plus du grain à moudre auprès d’une certaine opinion sénégalaise et internationale qui commence à ouvrir les yeux, surtout après la fameuse dispute en public entre l’hargneux Reed Broody et Jacqueline Moudeina qui n’approuvait pas l’exemption que voudrait faire Reed Broody de l’implication d’Idriss Deby devant un panel de journaliste. Quelles seront les étapes menant à ce procès que rien ne devrait plus entraver ? Explications dans ce Grand débat.

 

Invités :

 

Mahamat Assileck Halata

-Président du bureau de la répresentation de l’UFDD-France et Europe

-Délégué à la communication et information du CNCD, qui intervient ici en son nom personnel sans engager les structures dans lesquels il milite.

 

Sidiki Kaba, Avocat du collectif des victimes d’Hissène Habré

  

Débatteur polémiste :

 

Maître Dominique Kounkou, Avocat et Pasteur, www.capcongo.net, co-auteur, avec Gilles Gilbert, de « L’Histoire cachée du peuple africain », aux éditions L’Harmattan

 

Ecoutez  ici le Grand Débat

 

 

184 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article