Budget : 18 milliards = Hissein Habré vaut 18 milliards= le prix d’une vengeance !

 

Véhicules de luxe : 500 millions

 

Agence de communication pour gérer la presse : 1milliard

 

Salaires des juges : 5-7 millions

 

Greffiers : 2 millions

 

RTS : 200 millions pour retransmission, 50 millions acompte puis rien d’où le délestage ? Retransmission défectueuse, bugs en série, sonorisation faible.

 

Avocats : 15 avocats pour l’accusation pris en charge par les CAE. 3 avocats d’office payés par les CAE pour une pseudo-défense. 15 contre 3. Drôle de match !

 

160 millions pour la direction de l’administration pénitentiaire pour la "construction" de la prison.( installations électriques et eau hors normes. Portes d’occasion de Parc Lambaye, barbotage de peinture, infiltration d’eau par le sol, cour caillouteuse et non dallée : 160 millions ??) = Certification ISO BAMBOULA.

Contrat avec la gendarmerie pour la dictature d’audience : rumeurs autour de 100 millions. Patrouilles de contrôle dans les rangs et allées des sièges dans la salle d’audience. Etat de siège remplace Etat de Droit. Interdiction de prendre des notes sur une tablette ou ordinateur, pourquoi ? Seule la presse du consortium peut le faire ! Avocats, juristes, consultants, étudiants ou particuliers. Shut up or get out or five months in Rebeuss !

 

Primes pour gardes pénitenciers : 150 mille à 250 mille par mois. Primes pour brutalités ?

 

Rénovation du Palais : 350 millions. Pour une salle seulement !! Audits ?

 

Nombres de places : 1500 places. Assiduité : à peu près 40 personnes par jour en comptant tous les vigiles et vendeurs ambulants qui viennent profiter de la clim pour récupérer quelles heures de sommeil. Fiasco sur toute la ligne. Échec de la mobilisation, de l’intérêt, de la crédibilité.

 

Nombres d’accréditation distribués pour médias : 250. Le 7 septembre 2015, comparution forcée du Président HH porté par 8 gardes. Oh ! GOD ! La presse internationale quitte le safari françafricain. Pas question de dépenser un euro de plus dans ce souk !

 

Cérémonie d’ouverture : Hissein Habré dunk les CAE, crash des macabres festivités de la bande à Sidiki Kaba. Pas une seule ambassade africaine ou arabe n’a assisté à cette cérémonie ! Indignité pour certains mais la boue n’éclaboussera pas tous. Amine ! La messe est dite ! Les spécialistes de la justice internationale à col blanc font leurs valises et dégagent, le pic de pollution à Dakar baisse de plusieurs degrés. Horaires africains pour les audiences, svp, reprise des audiences non respectée, après pause ou suspension c’est kif kif. 3 jours de repos pour la Tabaski. Time is money mais c’est Idriss DEBY qui paye ! S’en fout !

Pause repas : resto aux frais des CAE pour les magistrats, sandwichs pour les gardes pénitenciers. Le Président Habré reste sur sa chaise sans même une bouteille d’eau, sans repas de 6h à 18h. Budget 18 milliards !!! Des journalistes recrues du Consortium viennent distribuer de l’argent aux journalistes sous contrat pour leur repas. Quand l’argent rend fou les collabos de toutes sortes et dans tous les secteurs.

 

Ambiance dans la salle :

 

Côté médias : Seule la presse sénégalaise sous contrat avec les agences de communication des CAE est positionnée, équipée d’ordinateurs offerts par le Consortium. Coachée par Frank Petit, expert françafricain depuis un an, les leçons sont biens apprises, les mots bien choisis, les copies corrigées en ateliers média. Les journalistes Embedded, la frappe médiatique des CAE est sur ses starting blocks…tic, tic, tic, les claviers en action, c’est Mbacké Fall qui s’exprime, tic tic tic, ce sont les avocats des parties civiles, tic tic tic, les claviers continuent, c’est le président Kam,…………., silence, la presse papote, les claviers au repos, ce sont les avocats d’office qui parlent, black out total dans la presse sous contrat dont tous les comptes rendus sont checkés et faits par HRW et les agences de communication. Résultats : chaque matin, Salam alaikoum ! La diffamation à haut deby et à prix coûtant.

 

Reed Brody, la parade du charognard obsédé : tourne et tourne, passe et frôle les zones où la famille du Président Habré s’installe. Provocation, jubilation, sort sa veste, se balade dans la salle passe devant les juges, revient, se lève, s’assoit, sort, rentre, bref, fait ce qui lui plait dans la jungle africaine ! La police d’audience ? C’est pour ceux qui portent les turbans ! Pauvre Afrique !

 

Mbacke Fall : outrancier, volontairement agressif, se veut arrogant et provoque sans arrêt le Président Habré. Digne représentant de Sidiki Kaba dans la salle et prêt à bondir sur tout propos "favorable" au Président Habré. La Sociologue qui a fait l’enquête de personnalité a littéralement été agressée par lui. La pauvre, professionnelle jusqu’au bout des doigts, elle venait de découvrir la mare aux crocodiles !

 

Anta Ndiaye : calme, magistrate posée, sans excès.

 

Youssoupha Diallo : cherche à aider dans ses interventions les plaignants, comble leurs lacunes, et n’hésite pas à expliciter la stratégie de l’accusation pour amplifier les accusations.

Mustapha Ka : parle toujours en dernier, cherche à être mesuré mais bien installé dans le jeu de Mbacké Fall.

 

Gauthier : avocat belge Partie civile : représente la Belgique qui l’a imposé, quel tchadien allait le prendre comme avocat ? Peine à lire ses documents, somnole à moitié…à la retraite d’office !

 

Moudeina et Cie : médiocres et nulles comme d’habitude. Une partie des plaignants l’ont quittée pour Me Fall.

 

Avocats d’office pseudo – défense : Me Mounir Belal, joue avec les mots, philosophe, tourne autour du plaignant, stratégie efficace, déstabilise la personne mais sans aller jusqu’au bout, avance et recule, très ironique, excès de remerciements. Perd tous ses échanges avec le Président Kam qui vient souvent en renfort pour sortir d’affaire les plaignants coincés. Un échange de regards et pschitt ! Limites d’un avocat d’office. Phrase remarquée : "Le Président Habré n’est pas mon client, c’est un accusé que la Cour m’a demandé de défendre."

 

Me Mbaye Sène et Abdou Gning : des interventions en demi teinte parfois des questions gênantes et pointues pour les plaignants suivies d’échanges vifs mais l’intervention de KAM les freine et ils lâchent la corde. Autre écueil : la non maîtrise du dossier et la non préparation de la fiche de l’audience en cours est parfois très évidente.

 

Président Gustave Kam Gberdoa : Beaucoup de critiques sur l’emprise de Mbacke Fall sur sa personne, épisode du neveu du Président Habré condamné à 5 mois de prison ferme a démontré un manque de self control de sa part pour gérer l’incident et ne pas se laisser embarquer par Mbacke Fall. En revanche, très vigilant pour suivre les échanges entre avocats d’office et plaignants surtout pour les tirer d’affaire à chaque épisode. Partialité affichée. Crainte que des mensonges explosent ? Sa solution, c’est le cocooning, briefing des ONG à l’évidence. Il n’a pas donné l’impression qu’il maîtrise le dossier, à aucun moment, il n’a fait une remarque en relation avec les événements. On a bien parfois l’impression d’un partage des rôles entre Mbacké Fall et lui. La hargne et la violence d’un Mbacké Fall le laissent de marbre et la façon très molle de gérer les abus du Procureur Fall prouve qu’ils sont sur la même longueur d’onde. La requête déposée par les avocats d’office sur l’absence de témoins à décharge a été reléguée à la fin des passages des plaignants. Une autre intervention en faveur des parties civiles. A suivre…

 

La Cellule de Communication. Défense Habré.

 

234 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article