Pour avoir coute que coute de réels ou supposés témoins sous la main, les Chambres Africaines Extraordinaires ont ventilé des convocations par voie de huissiers aux sieurs Magassouba Moriba, Mamadou Oumar Ndiaye, Mouth Bane et Babacar Justin Ndiaye. La malice et l’astuce contraignantes sautent aux yeux, notamment dans le cas de Babacar Justin Ndiaye, à travers une qualification habile du profil et de la qualité. Lisez le motif couché noir sur blanc dans la convocation : « Pour être entendu par devant la Chambre Extraordinaire d’Assises, en qualité de témoin sur le contexte historique et politique du Tchad sous le régime de Monsieur Hissein Habré, accusé de crimes contre l’humanité, crimes de guerre, tortures (07 juin 1982 au 1er décembre 1990) ». 

 

Question : les CAE convoquent un expert qui fournit un éclairage ou un témoin qui donne un témoignage ? A Dakaractu, on croit et soutient que notre collaborateur et doyen Babacar Justin Ndiaye est davantage un expert qu’un témoin dans cette affaire. En effet, le journaliste-politologue n’est ni une victime de Habré, ni un ancien ministre tchadien ; encore moins un citoyen de nationalité tchadienne. Certes, son parcours de globe-trotter et ses pérégrinations dans beaucoup de pays où il a vécu et travaillé – y compris le Tchad – le prédisposent à fournir des éclairages historiques, politiques et géopolitiques assez utiles voire précieux. Toutefois, une expertise n’est pas synonyme de témoignage. 

 

A cet égard, l’attitude des CAE est habile et équivoque. Dotées d’un budget colossal, les CAE payent ses magistrats et financent des voyages de victimes et de journalistes, mais sollicitent des éclairages non rémunérés, parce déguisés en témoignages, avec la possibilité de contraindre les témoins à se présenter. Ce n’est pas un exemple de bonne gouvernance chez une juridiction qui juge des dérives.

 

Par ailleurs, on observe une démarche à géométrie variable. Au moment où l’on convoque Magassouba Moriba, Mamadou Oumar Ndiaye, Mouth Bane et Babacar Justin Ndiaye, le Président Goukouni Weddeye, ancien Président du Gouvernement d’Union Nationale de Transition (GUNT) issu des accords de Kano 2, refuse de venir témoigner à Dakar, malgré une convocation en bonne et due forme. Comble de moqueries à l’endroit des CAE, Goukouni Weddeye témoigne, sans arrêt, devant le micro RFI d’Alain Foka et dans les pages de Jeune Afrique. Qu’attendent les CAE, pour aller l’embarquer manu militari vers Dakar ?

 

Dieu sait que Goukouni Weddeye est le témoin numéro 1, infiniment plus autorisé et informé que Magassouba Moriba et Cie, lui qui était le Président d’un Exécutif transitoire dans lequel Hissène Habré siégeait en qualité de ministre de la Défense.

 

Dakaractu.

 

258 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article