L’audience du jeudi 3 décembre 2015 a été consacrée à monsieur Nianmbaye Djétoldia Dakoye, un ancien militaire des FAT (Forces Armées Tchadiennes) la composante Sara du GUNT dirigée par le Général Négué Djoko, fait prisonnier à Faya en 1983.

Monsieur Djétoldia raconte une histoire similaire à celle de son confrère rebelle Béchir Bichara lui aussi un soldat du CDR et fait prisonnier à Faya à la même bataille de juin 83. Il se présente comme un ancien Commissaire divisionnaire exerçant dans la ville de Moundou. Djétoldia reconnaît sans sourciller qu’il a été Codo et a activement collaboré avec Kamougué dans l’occupation des villes du Sud entre 1979 et 1984. En 1982, lorsque les FAN d’Hissein Habré ont conquis le pouvoir à N’Djamena, Djétoldia se trouvait déjà à Moundou. Les libyens ont augmenté leur soutien militaire à la rébellion armée du GUNT dans le nord du Tchad, et c’est ainsi qu’il a été désigné comme le responsable chargé de recrutement de combattants dans le Sud du Tchad. Il convoyait régulièrement des hommes à Cotonou où un bureau du GUNT a été ouvert. Un avion militaire libyen venait les récupérer pour les acheminer à Faya. Lui même finira par rejoindre la rébellion armée au Nord. A la bataille de Faya en juin 1983, il a été fait prisonnier et rapatrié à N’Djamena.

Monsieur Djétoldia a raconté son calvaire de prisonnier de guerre. Il dit que tous les mois, les prisonniers sont exposés à la place de l’indépendance pour être hués et traités de "mercenaires à la solde de la Libye" par les populations mobilisées par les comités de l’UNIR. Ce qui est évidemment archi-faux. Seuls les prisonniers libyens ont été exposés deux fois à la foule à la place de l’indépendance et à la maison de congrès devant la presse internationale pour prouver l’implication de l’armée libyenne au Tchad. Car Kadhafi continuait de nier catégoriquement son ingérence dans le conflit tchadien.


Les tchadiens qui se battaient aux cotés de la Libye étaient considérés comme des "frères égarés" et la politique de la "main tendue" prônée par le régime Habré consistait à les inviter à regagner la mère patrie. Cette politique portera ses fruits car outre le ralliement des hommes politiques et le retour massif des réfugiés présents dans les pays voisins, de milliers de soldats du GUNT ont retourné leur fusil contre l’occupant libyen, ce qui a failli coûter la vie à l’ex Président Goukouni Weddeye qui vivait en exil à Tripoli. Blessé suite à un échange de tirs entre sa garde rapprochée et les forces libyennes venues pour l’arrêter dans sa villa de Tripoli, c’est le Président HH qui a intervenu auprès de l’ONU et de l’OUA (actuelle UA) dirigée par le défunt Président Algérien Chadli Ben Djedid pour permettre à son prédécesseur Goukouni de se faire soigner en Algérie et d’obtenir un asile politique.


Face aux avocats commis d’office, Monsieur Nianmbaye Djétoldia Dakoye, malgré son arrogance et son esprit va t’en guerre, une véritable crapule qui présente un lourd passif sale en tant que commissaire divisionnaire des régimes successifs de Tombalbaye et Malloum, doublé d’un Codo assumé dans le massacre de près de 1500 civils musulmans au Sud entre 1979-84 et soldat du GUNT fait prisonnier à Faya, ne fera pourtant pas long feu. Il sera mis devant ses responsabilités de comploteur et d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Des faits qu’il reconnaît mais qui à ses yeux ne justifiaient pas son incarcération durant 6 ans. Car il affirme avoir été libéré en 1989 suite à l’accord de Bagdad entre le gouvernement et l’opposition politico-militaire regroupée au sein du CAC-CRD.

Dans une procédure normale, vous aurez pu prendre minimums 20 ans, dira l’avocat commis d’office pour la défense du Président Habré. Aujourd’hui, si vous complotez contre votre pays le Tchad en recrutant des candidats kamikazes pour Boko Haram, vous serez jugé en une semaine et fusillé tôt à l’aube. Monsieur Nianmbaye Djétoldia Dakoye a perdu sa langue et se retourne désespérément vers ses soeurs Jacqueline, Delphine, etc. cette bande d’ignares incompétentes qui font la Honte du barreau tchadien à Dakar. Nous y reviendrons.

 

Source Média Habré.

 

211 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article