Ahmet Khalifa Niass
L’affaire Hissène Habré ne laisse personne indifférent. Réagissant à ce sujet pour la première fois Ameth Khalifa Niasse a asséné ses vérités.

Profitant d’une séance de remerciements à ses talibés après la tenue d’une journée culturelle dédiée à son illustre père, Mame Khalifa Niass, le leader du Fap trouve inélégant le fait de vouer l’ex Chef d’Etat Tchadien aux gémonies après l’avoir presque adopté : « M.Hissène Habré a été l’invité du peuple sénégalais quia fini par l’adopter comme un fils. Nous n’avons pas le droit de l’humilier, 23ans, après. Nous ne devenons pas créer un droit rétroactif. Habré était le roi des Gouraans, une ethnie au Tchad et dans le Sud-est de la Libye, dans la zone pétrolifère du Koufra.» Et d’ajouter : »Le Président Wade m’avait envoyé chez le Président Idriss Déby pour les besoins de son extradition vers le Tchad mais, il(le Pdt Déby) en bon talibé « Niassène » qui passait le Gamou à Kaolack alors qu’il était CEMGA, a été irrité par cette décision de Wade. C’était en 2010. Je confirme que depuis ce temps, le Tchad avait proposé une contrepartie financière au Sénégal. »

 

 

Abdoulaye Baldé : « Habré n’était pas seul au pouvoir, si justice doit être rendue… »

Abdoulaye Baldé

L’affaire Hissène Habré ne laisse pas indifférent le leader de l’Union centriste du Sénégal (Ucs). En tourné politique dans son fief, Abdoulaye Baldé s’est dit opposé à une justice sélective.

« Je pense qu’il faut qu’on respecte la dignité humaine. C’est vrai qu’il y a eu des exactions, mais Habré n’était pas seul au pouvoir, par conséquent le Président actuel était à l’époque chef de la garde présidentielle. Donc, je pense que si justice doit être rendue, elle doit être rendue pour tout le monde. Pas une justice sélective comme ça se fait aussi au Sénégal », a martelé le maire de Ziguinchor, d’après le Populaire. L’ancien ministre d’Etat a invité Macky Sall à ne pas aller trop en besogne dans cette affaire. « Je ne pense pas qu’il faut aller vite en besogne pour essayer de gagner des lauriers au niveau international alors qu’on a en pas encore au niveau national », a-t-il dit.

 

Le leader de la convergence démocratique Bokk Guiss Guiss, Pape Diop, s’est dit « outré » à la manière dont l’ancien président tchadien a été arrêté chez lui.

papediop
« Monsieur Habré est un citoyen sénégalais. Bien que les actions qui lui sont reprochées ont été menées au Tchad, lorsqu’il était le Président de la République. Mais il vit ici depuis 23 ans maintenant. C’est un citoyen à qui on peut faire parvenir une convocation de la manière la plus normale », a-t-il disserté.
L’ancien Maire de Dakar a avancé que c’est de cette même manière que Karim Wade a été arrêté. « Nous sommes dans un pays de droit. S’il avait reçu une convocation à cette époque-là, il aurait répondu », dit-il.

Dans les colonnes de La Tribune, l’on apprend que selon Pape Diop, ces pratiques sont commandées par le diktat des pays développés. « Au départ, soutient-il, Hissène Habré a été incriminé par l’Union européenne et la Belgique. Il y a aujourd’hui les pays comme les États-Unis ».
L’ancien Président du Sénat a par ailleurs rejeté tout procédé consistant à « nous donner des miettes dans le cadre des coopérations ».

 

L’avocat et homme politique sénégalais, Ousmane Sèye pense que les Chambres africaines en charge de cette procédure judiciaire n’ont pas respecté les procédures

meousmaneseye

Devant les caméras de Tfm, Me Ousmane Sèye a noté que « les chambres africaines n’ont pas mené d’enquêtes, alors que leur mission est de voir la responsabilité de Hissène Habré dans des exactions perpétrées au Tchad de 1982 à 1990 ».

En plus, explique l’ancien souteneur du président Wade, « Hissène Habré ne peut commettre seul tous ces crimes, il y a d’autres responsables, à commencer par l’actuel président Idriss Déby qui était le patron des armées à l’époque ».

 

 

 

 

ousmanefaye psdrjantbi
L’emprisonnement de l’ex homme fort de N’djaména n’a pas eu l’air de plaire au Psd-R/Jant-bi de Ousmane Faye. La direction de cette formation politique qualifie cette arrestation de trahison à la mémoire de feu Serigne Abdoul Aziz SY Dabakh, de Serigne Mansour SY Borom Daradji et de Thierno Mounataga Tall.

Ils ont par ailleurs vigoureusement condamné cette arrestation, non sans interpeller les associations de défense des droits de l’homme pour le respect srupuleux des droits de ce «prisonnier politique».

 

TCHADPAGES

146 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article