Me El Hadj Diouf a battu en brèche tous les propos du Procureur général des chambres africaines extraordinaires, Mbacké Fall. Débarqué lundi en catastrophe devant le siège des chambres africaines extraordinaires où se tenait une conférence de presse, il a improvisée la sienne. Selon l’avocat de Hissèn Habré, « tout ce que Mbacké Fall a dit est un tissu de contrevérités ». Et dans ce cadre, il indique que la sortie du Procureur général est "ridicule".

Il a affirmé que son client est inégalement en garde à vue. Il estime qu’on devait attendre la fin de l’enquête avant d’interpeller son client. Selon lui, Habré n’a même pas bénéficié d’ «une présomption d’innocence» sinon le Procureur ne l’aurait pas jugé et  condamné. 

Me Hadj Diouf a fait savoir qu’après « une promenade en Belgique, le Procureur est allé au Tchad en se basant simplement sur les dires d’Idriss Déby, l’ennemi juré de Habré, pour rentrer et réclamer l’arrestation de Habré». 

Mais, c’est peine perdue puisqu’Habré et les siens vont continué à se battre comme ils l’ont fait depuis 13 ans que dure cette affaire. Hissèn Habré a été accusé hier par le Procureur de crime contre l’humanité, de tortures, entre autres. 

  

 
 

173 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article