Levons-nous pour arrêter les tueries aveugles de Boko Haram et le règne calamiteux d’Idriss Deby qui draine ces violences barbares dans notre pays !


Si les premiers attentats du 15 juin étaient attribués à Boko Haram à cause de la réplique à l’intervention de l’armée d’Idriss Deby contre ses positions au Nigéria, elle ne peut pas qualifier ses crimes au marché de Ndjamena d’actes contre les dirigeants tchadiens ou de leurs forces militaires. 
Idriss Deby est allé combattre Boko-Haram au Nigéria pour plaire aux Occidentaux, mais non pour l’intérêt des Tchadiens, mais Boko-Haram vient pour massacrer nos concitoyens innocents.


De quoi avons-nous peur ? 


La mort ?


Elle prend chaque jour une partie de nos compatriotes, en plus de la pauvreté extrême que nous subissons depuis plusieurs décennies. 
Boko Haram a été d’abord armé par plusieurs officiers du pouvoir MPS qui ont vendu du matériel à la secte. Les officiels de N’Djamena reconnaissent que les barbares de Boko Haram disposent d’armes de fabrication française. Ils ne peuvent donc pas nier la provenance tchadienne de ces matériels.

 

Tchadiennes et Tchadiens, nous n’avons pas le droit d’accepter de regarder nos enfants, nos sœurs, nos frères et nos parents se faire massacrer par de crapules sans moralité à cause des faits d’un voyou (Idriss Deby) qui gouverne le Tchad depuis des décennies par la force des armes avec des analphabètes notoires venus avec lui depuis le Soudan !

 

N’attendons pas que ces mêmes voyous nous protègent.


Nous ne faisons pas assez d’efforts depuis 1990 pour empêcher les voyous de l’Est tchadien, de se permettre tous les crimes odieux et piller les richesses nationales. Mais pouvons-nous continuer à regarder d’autres criminels assassiner nos compatriotes dans l’impunité, ainsi doubler leurs souffrances ? Non, nous n’en avons pas le droit.

 
Arrêtons avec cette poltronnerie qu’Idriss Deby nous attribue. Nous devons vaincre tous les ennemis du Tchad, nous avons les moyens, la force mentale et illimitée du peuple qui veut vivre en paix et s’épanouir dans son propre pays au prix de sa sueur. Il suffit d’oser, de vouloir se battre pour vaincre le mal dans ses racines. Nous avons le devoir, l’obligation de protéger la famille tchadienne, de débarrasser notre Patrie, cette terre de nos ancêtres, de toute forme d’injustice et de violences aveugles.


Nos grands-parents disent : « Tu regardes un criminel tuer un être humain sans réactions alors que tu as les moyens pour contrer l’action du malfaiteur, tu perds le droit à la vie ».

 

Chers compatriotes agissons, car une action, aussi petite soit-elle, vaut mieux que mille et une lamentation, mille et un pleur, mille et une dénonciation.

 

Mahamat Hassaballah 
Le 15 juillet 2015

 

136 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article