01/02/2017: TCHAD/U.A/Retour d’Idriss Déby et sa délégation à N’Djamena: Comme toujours, le régime du MPS dit une chose et son contraire. Hier dans la matinée, un avion spécial parti de N’Djamena pour Addis Abeba transportant des chanteurs "fannanines". Idriss Deby offrait un dîner hier soir à l’ambassade du Tchad en Éthiopie afin de fêter la victoire de son poulain Moussa Faki comme président de la commission de l’union africaine. Tout ce monde rentrera ce mercredi après-midi à N’Djamena où le MPS et ses valets poussent la population à aller accueillir le couple dictatorial avec Moussa Faki. Un protocole de mobilisation importante est mis en place à cet effet et la mairie de N’Djamena a été mise à contribution.

Toutes ses mobilisations dépensières se font au moment où on chante à bout de champ que les caisses de l’État sont vides. Évidemment les caisses seront toujours vides pour le peuple d’en bas, mais les apparatchiks du système continueront à jouir et manipuler la conscience de la population victime des mauvaises gestions et de la mauvaise gouvernance.


Idriss Déby, le MPS et ses affidés exploiteront sans doute l’élection de Moussa Faki à la commission africaine comme une réussite singulière, mais ne pourront jamais effacer la nature profonde de la dictature, la mauvaise gouvernance, et les dénis de droits de l’homme. Moussa Faki a prêté serment hier à l’union africaine, démissionnant de fait du gouvernement tchadien. Gageons de lui souhaiter bonne chance en tant que tchadien, mais les lauriers ne lui seront attribués que si sa nomination à ce poste rehausse la vie sociale des Tchadiens.

Il n’y aura pas un chèque en blanc, moins encore du folklore pour idéaliser la dictature. Depuis que l’élection de Moussa Faki fut actée, le régime MPS se comporte comme si ce candidat lui appartenait, comme si Moussa Faki a été présenté au nom du MPS, mais non au nom du Tchad.

Les tchadiens seront en mesure de se demander, que si demain un problème arrive, est-ce que Moussa Faki sera partial s’il s’agissait du régime qui l’a fait élire?

Idriss Déby ne lui mettra pas une pression de circonstance?

De quel bord sera-t-il?

Les tchadiens, les vrais patriotes seront vigilants afin que le symbole Tchad ne soit pas dévolu aux désidératas d’un homme, potentat d’une démocrature et qui excelle dans le culte de la personnalité… À suivre.

450 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article